YUKSEK à La Cigale – 09/04/09 

Publié par le 11 avril 2009

Tour de Reims

Pierre-Alexandre BussonJeudi soir, à la base, j’avais rencart avec Antony & The Johnsons au Grand Rex. Mais après un concert lacrymal la veille (Bob Dylan avec mon pôpa, séquence émotion), j’étais pas prête à remettre ça. Un bon prétexte pour revendre mes places à 158 euros et aller claquer ma thune à la Cigale, alléchée par la présence de Yuksek et poussée par une forte envie de danser. Le temps de boire un verre de rouge qui pique et on arrive pour les deux derniers titres de la première partie, The Bewitched hands On The Top Of Our Heads. Dommage : leur chorale pop-folk guillerette est hyper entraînante et je sens illico pointer en moi l’envie de griller des chamallows au feu de bois en leur donnant de grandes tapes dans le dos.

Nos bières tiédissent à peine que voilà Pierre-Alexandre Busson qui s’installe aux platines. Il est Rémois : le pays de La Cartonnerie, où le vestiaire est à 50 centimes et la coupe de champagne à trois euros.
Autant dire qu’il vient d’un autre monde.

Yuksek Live

Les lumières s’éteignent, la Cigale passe en mode boîte de nuit et les vieux trentenaires qui ont optionné les sièges à l’étage regrettent déjà d’être assis. C’est vrai qu’on a rarement l’air plus con que quand on se trémousse dans un fauteuil. Avec son look de Garchois fraîchement diplômé de l’ESCP, Yuksek prouve, si c’était encore nécessaire, que le sweat à capuche et les basket fluo ne font pas le DJ. Très propre sur lui, il déroule son album Away From The Sea dans le désordre en regardant la salle s’échauffer avec un certain recul. Premier morceau ; I Could Never Be a Dancer. C’est pas grave mon grand, nous si, on va t’arranger ça. Pendant que tout le monde s’agite, le maître de cérémonie peaufine ses morceaux avec un œil sur ses machines et un autre sur la foule, affichant la concentration d’un chef cuisinier en train de surveiller la cuisson de son rôti au thermomètre.
S’agirait pas que l’ambiance retombe ! Climax au moment de Tonight, son gros tube, ponctué par un stage diver fou.

Pour le reste, me demandez pas la setlist : j’ai pas encore les titres de l’album (téléchargé légalement la veille et millimétré pour le dancefloor) bien en tête et je ne suis pas venue avec mon papier et mon crayon. Sachez jute que ça révolutionne pas l’électro, que oui ça rappelle Daft Punk, Tellier, Justice et plein d’autres, mais-que-donc-et-par-conséquent c’est diablement efficace. Une heure de sudation plus tard, micro rappel avec The Bewitched et c’est fini – ils ont after au Social Club, faut pas qu’ils traînent. Pendant toute la soirée, Yuksek ne se sera pas départi de sa rigueur flegmatique à tendance bècebège. Seule concession à l’ambiance survoltée qu’il a contribué à créer : la mèche collée et des auréoles aux aisselles de sa chemise cintrée bien repassée. Il est mignon quand même, et moi j’ai eu ce que je voulais. Contente ? À fond !

Charlotte

Si vous aussi vous voulez nous faire partager vos concerts et nous faire découvrir votre groupe préféré, envoyez-nous votre article à equipe@alecoute.net. Si ça nous plaît, on publie !

Les myspaces :
http://www.myspace.com/handsbewitched
http://www.myspace.com/yuksek

Tags :

VOS COMMENTAIRES
BEB
LE 12/04/2009 À 10H02

Mention spéciale à la reprise de Tonight par les Bewitched hands à découvrir sur leur myspace… Franchement sympatoche !

MAGIC
LE 11/04/2009 À 18H38

Roh oui, bien écrit et tout et tout. Et en plus, il parait que tu vas nous faire ça tous les jours ? C’est chouette ! (On va bientôt être viré de notre poste de rédacteur ;o)

CHARLOTTE
LE 12/04/2009 À 12H45

Non, pas tous les jours, seulement quand je vais vraiment voir un concert (tous les trois jours en fait).

BEB
LE 11/04/2009 À 17H43

Merci Charlotte pour ce post, premier d’une longue série on espère !