Rock en Seine – Jour 1 – 28/08/09 

Publié par le 4 septembre 2009

Vampire Weekend à Rock en Seine

Rock en Seine, ça va vite, très vite. Tellement vite que nous n’avons pas toujours eu le temps (ou pris le temps) de tout noter. Il suffisait de marcher quelques dizaines de mètres pour écouter un nouveau groupe. Nous avons été tellement abreuvés de gros son pendant 3 jours que nous devions même parfois nous réfugier à la maison verte afin de reposer un peu nos oreilles (on vous laisse devinez de quoi/qui il s’agit parce qu’on n’a pas encore été sponsorisé !). Autant vous dire que la tâche qui nous attend au moment d’écrire ces lignes n’est pas des plus simple. On ne va donc pas vous décrire chaque concert parce que c’est tout bonnement impossible !

On passe rapidement sur nos 3 premiers concerts : Just Jack parce qu’on est arrivé sur la fin, Keane parce que… enfin vous voyez, Yeah Yeah Yeahs parce qu’on a tout simplement pas accroché.

Passion Pit : Avec la manière !

Le festival commence donc pour nous avec les américains de Passion Pit. Rivés devant la plus petite des 3 scènes, on attend de pied ferme ce groupe qui nous a ravi l’an dernier avec son tube Sleepy Head. Et autant dire que nous ne sommes pas déçus ! Michael Angelakos, chanteur à touffe et leader du groupe, est un redoutable showman et les morceaux du premier album Manners sont taillés pour le live. Avec un look improbable et une voix suraiguë rappelant un autre performer très en vogue ces derniers temps, Michael est possédé par ses chansons. Une entrée en matière avec la manière !

Madness est l’occasion… de faire notre première pause rafraîchissement. One step beyond et au-delà : nous, on préfère aller (bien) se placer devant la grande scène pour Vampire Weekend.

Vampire Weekend : True Blood

Et les voilà qui débarquent, nos vampires à la petite (fin de) semaine, avec un grand sourire sur le visage, visiblement ravis d’être de retour à Paris. Ces 4-là s’éclatent sur scène et c’est communicatif : on chante à tue-tête, on remue des fesses, on fait des bidi-bidi en boucle, même bien après que le concert se soit achevé. On les avait aimé au Trabendo, on les a adorés à Rock en Seine car malgré leur armée de tubes, les Vampire WE n’ont pas le melon. Ce sont des jouisseurs et nous on en redemande. Vivement le nouvel album et la prochaine tournée !

Bloc Party :  Diamant brut

Après une nouvelle transhumance jusqu’à la scène de la cascade, nous voilà près à accueillir Bloc Party. Nous n’avions pas été totalement convaincus par leur prestation à l’Olympia en février dernier mais il apparaît rapidement que la nuit tombante du Parc de Saint-Cloud leur est bien plus favorable. Kele Okereke est déchaîné, débordant d’énergie. Les morceaux issus des 4 premiers albums s’enchaînent et le public se déchaine ! C’est l’occasion des premiers slams du WE (et pas les derniers…), pendant que Kele va se frotter avec délectation aux premiers rangs. Le batteur est lui toujours aussi impressionnant : on s’en prend plein les oreilles et les yeux, un vrai bonheur.

« Oasis, c’est con c’est con » (© Marianne)

Le concert s’interrompt soudain pendant quelques minutes. Kele échange quelques mots avec celui qui s’avère être son tourneur : on craint la tuile, l’extinction de voix, la sono qui brûle… On est en fait en train d’annoncer au leader de Bloc Party qu’Oasis a annulé son concert. Kele se fait aussitôt messager de la nouvelle auprès du public. Non sans une certaine ironie, il s’écrie : « Bloc Party est maintenant la tête d’affiche de la soirée ! » Le concert reprend, certains se demandant encore s’il ne s’agit pas d’un canular. Ce n’est pas le cas au grand dam des organisateurs. Année après année, ReS est en train d’accéder au statut peu enviable de festival maudit : 3e annulation majeure en 3 ans (après les 2 désistements successifs d’Amy Winehouse). Pour nous, la mauvaise nouvelle n’en est pas vraiment une. Nous ne sommes pas là cette année pour les têtes d’affiche et certainement pas pour Oasis, mais on pense à tous ceux nombreux qui sont venus uniquement pour les anglais et qui apprendront coup sur coup l’annulation du concert puis la disparition du groupe…

Vitalic : électro sous-vitaminée

La soirée se termine sur la prestation de Vitalic, seule déception du jour. On s’attendait à un set plus radicale, à la hauteur du superbe premier album OK Cowboy du français. La prestation aura été à l’inverse : poussive, monotone, sans inspiration.

Tant pis, on repart malgré tout avec une belle impression de cette première journée, mais sans pour autant pouvoir faire abstraction des mines déconfites des fans d’Oasis qui nous accompagne sur le chemin du retour…

Crédit photo : ©2009 à l’écoute

Rock en Seine – Jour 2 – 29/08/09
Rock en Seine – Jour 3 – 30/08/09

Tags :

VOS COMMENTAIRES
ALAIN
LE 05/09/2009 À 11H07

Points de vues partagés globalement. Je serai quand même tenté de nuancer le terme showman pour M Angelakos.

MAGIC
LE 04/09/2009 À 20H06

Sans parler des nouvelles compos des Vampire Weekend !