Agnès, je me souviens, tu m’avais planté alors que je devais aller t’écouter à l’Épicerie Moderne. J’avais pas tellement apprécié. Nan, mais c’est vrai, c’est quoi cette façon de se décommander au dernier moment. Ça se fait carrément pas ! M’enfin, je suis pas trop rancunier (j’ai été remboursé) et j’ai quand même très envie d’aller t’écouter sur scène. Alors quand j’ai vu que tu venais jouer de nuit, en plein air, je n’ai pas tellement hésité…

Voilà, en ce lundi caniculaire, je viens m’assoir au 3e rang après avoir retrouvé le cadre antique du théâtre de Fourvière. Ce soir, ça se passe dans l’Odéon, le petit théâtre juste à coté, et c’est complet. Pourtant, je me retrouve sans aucune difficulté au pieds du piano, tout prêt à t’aduler. Et je ne sais même pas encore à quel point ! Juste le temps de finir ma bière et te voilà, toute simple, très belle pourtant et tu nous racontes ton histoire. Pas très drôle d’ailleurs, avec la compagnie aérienne qui vous a mises en retard et qui a perdu vos bagages, mais ça explique bien la  simplicité de vos tenues toutes noires, à ta complice et toi. Mais ça ne colle que mieux à la sobriété de la soirée qui s’annonce. Sur scène, uniquement ton piano et un violoncelle, et pour chacune un micro. Et ce soir, comme après l’avoir annoncé,c’est une soirée spéciale dédicace. Chacune à votre tour, Il y en a pour chaque titre : à la directrice de Fourvière qui vous a apportée sa garde robe, à la gentille compagnie aérienne qui vous a planté, au taxidriver, au public…

Et les titres s’enchainent avec des arrangements lumineux du violoncelle posés simplement sur le piano, le tout accompagné par des chœurs discrets sur la jolie voie d’Agnès. Le décor est parfait. Le public est tout ouïe, pas un bruit, pas un mot. On en arrive même tous à rire lorsqu’une toux vient couper l’écrasant silence et l’attention captivée de l’auditoire. Même Agnès s’en amuse : « whaow, the acoustic is incredbile here ». Et c’est vrai que les ingés son ont superbement travaillé. Le piano explose dans un profond silence fascinant. Les grillons accompagnent volontiers par moment quelques morceaux. Et les insectes voltigent dans la lumière des projecteurs juste au dessus des 2 jeunes femmes lorsque la nuit vient…

Enfin ce cadre un peu magique du site antique est l’occasion de nous présenter 2 nouveaux morceaux qui garderont ces charmants noms de New Song et New Little Melody (au rappel). A ce compte là, on imagine aisément les noms de toute la série des nouveaux morceaux qui composeront le prochain album qui s’intitulera probablement « New Album » ! Mais si les intitulés paraissent un peu faibles, il n’en reste pas moins que la magie de ces derniers et de ceux que nous connaissons déjà opèrent tellement bien dans ce cadre…

Tags :

VOS COMMENTAIRES
ALEXANDRE
LE 02/07/2011 À 19H48

Merci pour ce joli retour sur le concert d’Agnes Obel. Je n’aurai pas fait mieux !
Au plaisir de lire d’autres compte-rendus de vos concerts aux Nuits.

MAGIC
LE 02/07/2011 À 22H38

De rien, ça valait au moins ça ! Et merci pour le gentil commentaire. Maintenant, on attend avec grand impatience le concert de Beirut (avec toute la rédaction) ! (j’ai fait la grave erreur de ne pas prendre de place pour Arctic Monkeys…)