Lykke Li is a blessing

D’abord, un nom venu du froid et que personne n’a l’air de savoir prononcer exactement, Lykke Li. Certains affirment que c’est Laïkke Li. D’autres, pas du tout, que c’est Lokke Li car dans le Nord, le Y devient O….

Mais laissons là cette anecdote phonétique. Car il y a surtout et avant tout, une voix cristallisée, sculptée dans la glace des terres suédoises, qui souffle le chaud et le froid sur des rythmes exaltés. Lykke Li, 25 ans, vient de sortir un deuxième album, Wounded Rhymes, très attendu par un public enthousiaste, tant le premier opus Youth Novels avait conquis par son style fraîchement enfiévré.

Tout ou presque dans ce deuxième album fait écho à son titre. Ces rimes blessées traversent des ballades sombres, susurrées à coeur ouvert et battant, par la voix envoutante de Lykke Li. Elles transpercent des morceaux bruts, « on the rocks » d’un cocktail electro, rock et pop, subtilement dosé.

« These scars of mine make wounded rhymes tonight », souffle t-elle dans le morceau Sadness is a blessing. Oui, c’est vrai, j’y étais. A la Cigale, ce soir-là, le public s’est pris de plein fouet cette ardeur, parcourue de fêlures. Sur scène, une Lykke Li drapée de volutes noires, officie dans une lumière vive, tantôt bleutée, tantôt écarlate, propulsant par moments un scintillement de lumières blanches, irradiant le plafond d’or de la salle parisienne.

Elle déploie sa ferveur, tout au long des deux heures de concert, en harmonie avec les musiciens qui l’entourent. Dont le batteur tonitruant, placé sur le devant de la scène, qui semble également traversé par cette énergie fébrile. Un mince tissu noir tombe au milieu de la scène, juste derrière Lykke Li, comme pour souligner la force fragile et résolument pas tranquille de cette jeune artiste. Elle reprend des morceaux de Youth Novels et ceux du dernier album, alternant entre furieuse exaltation et subjuguante mélancolie, diffusant dans le public un courant puissant, palpitant. En parlant de puissance, la chanteuse reprend avec brio, juste avant le tomber de rideau, un morceau de Kanye West, Power. Lykke Li est décidément détonnante.

Irie Digital

——

Crédit photo : Daniel Jackson

——

Si vous aussi vous voulez nous faire partager vos concerts et nous faire découvrir votre groupe préféré, envoyez-nous votre article à equipe@alecoute.net.

Tags :

VOS COMMENTAIRES
MAGIC
LE 12/07/2011 À 22H57

Merci Irie !