Muppets: The Green Album 

Publié par le 29 août 2011

Fier d’être vert !

Si vous avez la trentaine bien avancée et que vous avez grandi(e) avec Antenne 2, il y a de grandes chances que le Muppet Show soit culte pour vous. L’émission, diffusée à la fin des années 70 et au début des 80’s, a popularisé les personnages de Kermit, Piggy, Gonzo, Fozzie, Scooter… et invité plus d’une centaine de stars de l’époque à partager l’affiche durant un épisode avec ces mythiques marionnettes déjantées. Les noms de quelque unes de ces vedettes permettent d’imaginer le succès et l’importance du show aux US à l’époque : Alice Cooper, Elton John, Ray Charles, Shirley Bassey, Roger Moore, Liza Minnelli ou encore Rudolph Noureev !

Depuis les années 80, l’émission a eu quelques suites et autres adaptations cinématographiques plus ou moins réussies, mais les personnages sont restés gravés dans la mémoire collective et réapparaissent régulièrement sur le devant de la scène comme à l’occasion du clip de New York, I Love You But You’re Bringing Me Down de LCD Soundsystem.

Les Muppets reviennent en 2011 sur grand écran et bénéficie pour l’occasion d’une bande originale de luxe où se bousculent quelques artistes et groupes indies rock bien connus comme Weezer, My Morning Jacket ou bien encore Andrew Bird. Chaque participant a hérité d’un titre composé spécifiquement pour le show ou interprété durant l’un des épisodes de la série originale. Au programme, les mythiques Muppet Show Theme Song, Mahna Mahna, Bein’ Green… revisités par chacun dans son style personnel : cela va donc de la power pop à la balade sentimental, en passant par le jazz, la folk ou le gros rock à guitares.

Pourtant le tout fonctionne merveilleusement, malgré le manque évident de cohésion de l’ensemble et ce pour 2 raisons principales. Tout d’abord parce que les chansons originales sont pour la plupart très simples et peuvent donc se glisser sans heurt dans n’importe quel style musical. Ensuite, parce que ces artistes sont très certainement tous des fans du Muppet et que ça s’entend ! Bien au delà de la simple commande, tous ont relevé le challenge avec jubilation et sérieux. L’enjeu était de taille (on imagine bien les fans les attendre au tournant) et le défi finalement relevé haut la main.

On citera en exemple le très jouissif et sautillant  Mr. Bassman par le Norvégien Sondre Lerche, la version power pop de Movin’ Right Along par l’Alkaline Trio (Weezer également présent sur cette BO n’aurait pas fait mieux !) , ou le très beau Our World par les My Morning Jacket. Mais c’est définitivement Andrew Bird et sa relecture façon Grappelli de Bein’ Green qui impressionne et émeut le plus. Le morceau, qui raconte l’effort d’auto-acceptation de Kermit, était chanté en duo avec Ray Charles dans sa version originale, puis repris par la légende du jazz seule pour le 20e anniversaire de Sesame Street. Et pourtant la version de Bird n’a pas à rougir de la comparaison tant il y met tout sa classe et son talent. Sublime !

En conclusion, on peut dire que la vertu première de ce Green Album, au delà de la légitime nostalgie qu’elle provoquera chez certains d’entre nous, est de façonner un sourire sur le visage de celui qui l’écoute. Une grande dose de bonne humeur ce qui n’est pas un luxe de nos jours…

L’intégralité de l’album peut être écouté sur le site de la radio public américaine NPR.

Et voici une version de Bein’ Green interprétée en français dans le texte par Andrew Bird au Fou du Roi en 2009 :

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet