On sait depuis les Sugarcubes et Björk que l’Islande regorge d’artistes brillants. On peut citer encore à titre d’exemples Sigur Rós, Budam ou bien encore les Of Monsters and Men (dont on vous reparlera bientôt). Et comme si cela ne suffisait pas, voilà que des musiciens étrangers de talent viennent s’installer dans cette île du bout du monde.

C’est le cas de Ryan Karazija qui a tout quitté, sa vie à San Francisco et son ancien groupe, pour débarquer à Reykjavik et donner vie à son projet solo : Low Roar. Cette entreprise périlleuse, comme l’explique lui-même Ryan, a abouti à l’enregistrement d’un premier LP également intitulé Low Roar.


La musique que l’on peut y entendre est à la fois atmosphérique, douce, d’une richesse harmonique rare : un travail d’orfèvre que l’on pourrait comparer à la musique des Sigur Rós justement, de par son aspect éthéré et fascinant. Comme si Ryan avait pris en quelques mois le pouls de sa nouvelle patrie et l’avait traduit en notes.

Mais l’Américain expatrié ne se contente pas d’une nième relecture d’une dream pop qui nous assaille depuis 2 ans. La voix ne se cache pas derrières des nappes de synthé ou de guitares saturées. Elle survole la musique, comme un oiseau qui planerait au-dessus d’un panorama grandiose de volcans et de lacs… Les sublimes images du clip d’Holocene de Bon Iver pourrait aussi bien illustrer n’importe lequel des morceaux de Low Roar.

Low Roar – Because We Have To

Comme par exemple ce somptueux Rolling Over, morceau à la croisée des chemins entre folk américaine classique et pop scandinave. Ou ce Just A Habit qui s’enrichit tout au long de l’écoute, débutant par un simple guitare / voix pour finir par une orchestration et des arrangements d’une belle profondeur… tout en sachant rester modeste malgré tout.

On a parlé de Sigur Rós, on pourrait également évoquer Radiohead, comme sur les titres Nobody Else ou le single Tonight, Tonight, Tonight, à l’électro délicate et sur lesquels les intonations de voix de Karazija rappellent étrangement celles de Thom Yorke.

Low Roar – Tonight Tonight Tonight

Des 12 titres de ce premier album, on retire un sentiment de plénitude et de grâce. Ryan Karazija a su saisir avec modestie et intelligence l’essence de son pays d’adoption, sans en oublier pour autant ses racines. Un très beau premier effort que l’on espère pouvoir découvrir un jour sur scène.

—–

Retrouvez Low Roar sur sa page facebook et rendez-vous sur le site de son label Tonequake Records pour télécharger gratuitement Tonight Tonight Tonight et acheter Low Roar.

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet