Monogrenade – Tantale

Dans la lignée de Malajube et Karkwa, Monogrenade nous a offert l’un des tout meilleurs albums francophones de l’année 2011. Même s’il n’est pas officiellement sortie en France, rien ne vous empêche de commander Tantale directement sur le site du groupe. Vous pourrez alors découvrir 12 morceaux à la fois ambitieux, souvent sombres, toujours intenses, à la beauté enivrante. A bien y réfléchir, la dernière fois que l’on a ressenti une semblable extase musicale teintée d’angoisse, c’était à l’écoute du Ladies First de Jack The Ripper. Il parait que les Montréalais partagent avec les Parisiens une très grosse intensité scénique : voilà qui ne nous étonnera pas…

Un titre : Ce soir
Le site : www.monogrenade.com
Pour écouter l’album : rendez-vous sur le site du groupe

—–

William Fitzsimmons – Gold in the Shadow

L’ancien psy originaire de Pittsburgh est revenu en 2011 avec un 5e album répondant au nom de Gold in the Shadow. Voilà un titre opportun pour un artiste folk qui exerce son art dans l’ombre des grands noms du genre : Bon Iver ou bien encore Iron & Wine. Bien que plus discrète que celle de ses illustres compatriotes, la folk-pop de William Fitzsimmons n’en reste pas moins un modèle du genre. Voix douce comme de la soie (du cachemire devrais-je dire), mélodies à la simplicité virginale : on retrouve sur certains morceaux la grâce d’un Sufjan Stevens, lorsque celui-ci n’avait pas encore tourné le dos à sa folk nourricière. Si vous en avez l’occasion, allez voir Fitzsimmons en live : l’homme est étonnamment drôle ! Un de mes meilleurs souvenirs scéniques de 2011 (même s’il m’aura fallu choisir entre lui et… Monogrenade justement !).

Un titre : Beautiful Girl
Le site : www.williamfitzsimmons.com
Pour écouter l’album : rendez-vous sur Deezer.

—–

I Break Horses – Hearts

De tous les albums de Dream pop sortis en 2011 (et Dieu sait qu’ils ont été nombreux), voici celui qui tient de loin le haut du pavé, aux côtés de Youth Lagoon et  Lantern on the Lake. Avec en tête de pont l’immense single Hearts, les suédois Maria Lindén et Fredrik Balck ont composé la bande son d’un spectaculaire voyage dans les paysages scandinaves du nord de l’Europe. A la fois intime et grandiose, IBH invite à la rêverie. Mais une rêverie en grand format, 16/9e, 3D et dolby surround 7.1. De quoi mettre à l’épreuve votre toute nouvelle installation hifi reçue à Noël ! Ils seront en concert le 11 février prochain à la Flèche d’Or.

Un titre : Hearts
Le site :  www.ibreakhorses.se
Pour écouter l’album : rendez-vous sur Deezer.

—–

Destroyer – Kaputt

Destroyer n’est pas exactement un nouveau venu sur la scène indépendant : Kaputt est le 9e album du Canadien Dan Bejar qui se cache derrières ce patronyme guerrier. Du propre aveu de son auteur, ce dernier opus en date est également celui le plus accessible. Référence explicite à une certaine pop des années 80’s (entendez par là Brian Ferry ou Orchestral Manoeuvres in the Dark), oeuvre volontairement dansante, réhabilitant d’ailleurs pour l’occasion le saxophone, Kaputt aura permis à Destroyer de se faire un nom au-delà de l’underground où il trouvait habituellement son public. Jusqu’à faire parti des 10 finalistes du prestigieux Polaris Music Prize canadien, aux côtés d’Arcade Fire (les lauréats), Ron Sexsmith, Austra ou bien encore Timber Timbre.

Un titre : Kaputt
Le site : www.mergerecords.com/destroyer

—–

The War on Drugs – Slave Ambient

Voilà probablement l’un des albums les plus sous-estimés de 2011. Malgré une note plus qu’honorable sur Pitchfork (un beau 8,3), le second album de The War on Drugs a probablement souffert d’un manque de titre phare. En effet, la musique des Américains ne se consomme pas à la pièce : c’est sur la longueur de ses 12 morceaux et de ses 46 minutes que le blues rock psychédélique de Slave Ambient se révèle. D’aucun dirait même que c’est sous influence que l’album s’apprécie le plus. Comme un certain L.A. Woman, dont il partage la rage contenue et l’urgence d’un désastre annoncé… La BO parfaite d’une période pré-révolutionnaire ? The War on Drugs seront en concert le 21 février prochain à la Maroquinerie.

Un titre : Baby Missiles
Le site : www.thewarondrugs.net
Pour écouter l’album : rendez-vous sur Deezer.

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet