REZA, l’interview 

Publié par le 22 avril 2012

On a fait sa connaissance dans le salon de notre ami Oliver à l’occasion de l’Oliver Peel Session de Julie Doiron. Nous avions été touchés par sa simplicité, sa modestie et son talent lorsqu’il avait pris la guitare pour quelques chansons improvisées. Alors lorsque l’artiste parisien REZA nous a sollicité pour diffuser le lien vers le projet Microcultures destiné à rassembler les fonds pour son 3e album, on a bien entendu accepté et on en a profité pour lui proposer une courte interview. La voici !

Bonjour REZA, peux-tu nous parler un peu de toi : qui es-tu et d’où viens-tu ?

REZA est mon vrai prénom, ce qui donne une bonne indication sur les origines de ma famille qui vit aujourd’hui aux quatre coins du monde. Moi j’habite à Paris. Je suis musicien. Chanteur. Je fais ma popote de chansons, répétitions, albums et concerts depuis 2005. Mon troisième album Supermaan sort à la fin du mois.

Ton nouvel album reprend les ingrédients de tes précédentes productions – une folk minimaliste et ultra délicate – mais avec une tonalité peut-être un peu plus sombre que par le passé. Que peux-tu nous dire sur la gestation et l’enregistrement de Supermaan ? (et peut-être sur son titre également…)

Folk minimaliste ? Plus sombre ?!? Vraiment ? En fait je crois bien que Supermaan est moins sombre que l’album précédant Moonless. Pour ce nouveau disque ça a un peu démarré comme pour les autres : j’ai fait un petit tour aux États-Unis pour revenir avec une nouvelle guitare et des kilos de romans. Ensuite c’est parti : des idées, des histoires, des maquettes et des répétitions pour fabriquer un à un une douzaine de morceaux qui ont fini par donner Supermaan. La nouveauté sur ce disque, c’est que j’ai passé beaucoup de temps en studio avec William Rigout ( le réalisateur de l’album) après les premières prises pour vraiment peaufiner les arrangements et la production de chaque titre. On a essayé d’aller plus loin que sur Moonless où on est peut-être restés un peu trop sages.

Il existe aujourd’hui une scène folk, indépendante et anglophile, extrêmement dynamique en France : que penses-tu de groupes comme Baden Baden, St. Augustine, Yules ? Te sens-tu une affinité avec ces groupes et as-tu l’impression de faire partie d’une « french touch » de la pop ?

Parmi les artistes français déjà croisés sur scène, je citerais volontiers H-Burns (avec qui on a fait un duo sur l’album précédent Moonless) ou encore Garciaphone, également de Clermont-Ferrand comme St-Augustine. Par contre je ne vois pas trop ce que « french touch de la pop » pourrait signifier … quand je suis sensible à ce que fait un artiste je suis simplement touché et je prends tout en bloc. Je ne raisonne plus en français ou pas français…

Afin de pouvoir lancer la prod et la promo de Supermaan, tu fais appel aux bonnes volontés, via le site Microcultures.fr. Est-ce qu’il est plus difficile de lancer un nouveau « disque » aujourd’hui qu’à tes débuts en 2005 ? Que penses-tu de ce type de financement participatif ?

Je pense que le disque devient de plus en plus un objet de passionné, de collectionneur. Et ça c’est pas forcément pour me déplaire. C’est pour ça qu’on essaie à chaque album de ne pas négliger l’objet en lui-même mais bien au contraire de l’intégrer au travail artistique global… Le dernier en date Superman est vraiment très beau… hehehe Je ne pense pas grand-chose du financement participatif en général… Par contre je suis ravi de travailler avec les gens de Microcultures qui en plus d’être bien sympathiques font un travail de très grande qualité.

Pour finir, si tu avais une chose à dire pour convaincre nos lecteurs de se rendre sur Microcultures.fr et devenir micro-producteur, ça serait quoi ?

Venez découvrir cette véritable pépinière d’artistes indépendants ! Des livres, du cinéma, des disques, etc. plein de projets auxquels vous pouvez prendre part ! C’est une autre façon de s’approprier les choses. Les disques défendus ici sont tous ensuite distribués partout en France. Alors au lieu d’acheter tristement les disques dans un centre commercial, ici on peut en contrepartie d’une participation financière accéder à des choses très enthousiasmantes. Pour Supermaan par exemple, vous pouvez choisir le panier qui contient en plus des disques la possibilité de nous faire faire une reprise du titre de votre choix… Beaucoup de gens me demandent de faire un jour un titre en français… c’est l’occasion !

Merci REZA !

—–

Voilà, on vous enjoint fortement à vous rendre sur Microcultures pour ajouter votre pierre à l’édifice (de notre côté, c’est déjà fait !) : www.microcultures.fr/fr/project/view/supermaan

Et si vous avez encore besoin d’être convaincu(e), voici un très beau titre de ce superbe album intitulé A Day of My Life : Ecouter A day of my life

—–

Vous pourrez aller applaudir REZA en concert au Divan du Monde le 2 mai prochain.

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet