Voilà déjà un moment que je suis le groupe québecois formé en 2000. J’avais déjà été séduit par Close To Paradise et Wooden Arms. Mais je dois dire que je n’étais jamais resté scotché sur ces précédents disques comme sur Adventures In Your Own Backyard. Après 5 années de silence, tout du moins pour la production de ce nouveau 4e album, le canadien nous emmène directement au paradis avec sa voix d’ange. L’album a été enregistré presque en totalité dans son appartement à Montréal. Et c’est une sacrée réussite de production, des arrangements simples mais d’une grande subtilité où les choeurs, le piano, la guitare aux accents de Morricone, violon, etc s’accordent parfaitement pour nous faire voyager dans l’univers lyrique et poétique de M. Patrick Watson.

D’entrée de jeu, le titre majestueux Lighthouse donne le ton. Introduction légère au piano, proche du classique et voix lente avant l’envolée : accrochez vous, on décolle ! L’ascension est lente, toute en douceur, pour finir sur un thème qui aurait pu être composé par Morricone, guitare claire et trompette, grandiose et puissant. C’est sur, il faut se poser, prendre son temps pour écouter le reste de l’album. C’est d’ailleurs ce qui m’est arrivé, comme souvent lorsque je suis séduit. Tout s’arrête ou presque. L’imaginaire, lui, vagabonde au gré des atmosphères tissés par le groupe.

Blackwind enchaine avec une nouvelle entame posée avant d’être rejointe discrètement par une grosse caisse au rythme soutenu comme pour mieux marteler l’atmosphère, comme pour dire : « venez, marchez et suivez moi ! » Et les riches arrangements font le reste.  Step Out for a While change d’un coup l’univers pour tourner vers quelque chose de plus smooth, plus jazz si ce n’est la voix toujours ultra présente. Quiet Crowd nous amène, après une entrée toujours voix et piano, à reprendre la petite ritournelle pop et légère des chœurs du québecois. Évidemment, c’est envoutant ! Dans Into Giants, on retrouve quelque chose de plus folk auquel nous sommes plus habitués de la part du groupe, les chœurs emportés en duo en plus et le retour d’une trompette…

Morning Sheets est imprégné par un violon envoutant et Words In The Fire accompagné d’un arpège tout simple, très dénudé, mettant en évidence l’influence et l’importance de la musique classique pour le groupe.   Les titres en sont du coup moins impressionnants, plus anodins, même s’ils restent très élégants. The Things You Do vient rompre la continuité de l’album avec instrumental planant. Tellement pris dans l’univers, j’ai seulement remarqué en écrivant cette chronique que ce titre n’était pas chanté…

Strange Crooked Road nous ramène en plein dans l’univers gentillement déjanté entre folk et rock de Patrick Watson avec les petits gimmicks de guitare alternant dans l’enchainement des tempos variés. Puis Noisy Sunday fait presque figure d’essai folk expérimental en partant de quelque chose de très simple pour terminer dans des arrangements plus obscurs. Adventures In Your Own Backyard revient dans l’ambiance générale du disque où arpèges, gimmick, chœurs et trompette nous ramènent quelque part dans le Grand Ouest. Et 5 minutes dans cette atmosphère, moi, j’y suis chez les cowboys, John Wayne & Co. !

Le plus bluffant, c’est de se rendre compte que les arrangements sont tellement justes, que même en acoustique,  dans cette version pour les sessions du festival SXSW, ça marche toujours. Et quelle voix… En fait plus j’écoute, et plus je m’en étonne. Ce type a une voix vraiment incroyable. Et il n’en abuse pas, puisqu’avant de conclure l’album , il laisse encore la place à ses musiciens pour un instrumental, Swimming Pools. Puis, The Things We Do laisse exploser toute la troupe pour un beau final au saxo déjanté, basse marquée et toujours cette voix…

Vous l’aurez compris, pas grand chose à redire sur ce disque, un petit bijou autant dans la réalisation que dans sa sensibilité portée par la voix fascinante de Patrick Watson et le génie de ceux qui l’entourent, du jeu léger, discret et subtil du batteur Robbie Kuster, de la guitare inspirée de Simon Angell et de leurs arrangements touchant au génie parfois. Alors oui, allons explorer et partons à l’aventure dans nos propres banlieues. Le beau est partout autour de nous. Il suffit de le saisir au vol.

Vous avez aimé ?

Le mieux, c’est encore d’aller faire un tout sur le très beau site officiel ou bien sur Myspace pour en écouter d’avantage.

Et pour se gâter ou si vous êtes fans de québecois, je vous conseille la vidéo Adventures qui après une sorte d’interview vous laissera entendre une version en banlieue d’Adventures In Your Own Backyard ou encore, allez écouter l’album sur deezer.

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet