Songs for cuties!

Il faut reconnaître aux Death Cab For Cutie un talent immense, celui de pouvoir trousser des mélodies pop au kilomètre tout en gardant une certaine fraîcheur. Car cela fait 15 ans maintenant que les Death Cab distillent leurs albums (9 galettes à ce jour), surnageant parmi la grande vague de groupes indés de l’aube des années 2000. Croisement improbable entre un Paul McCartney des bons jours et un Dave Grohl apaisé (!), Ben Gibbard, moins joufflu qu’il y a quelques années, reste l’un des grands compositeurs pop de notre époque et a su trouver en Chris Walla un support tout-terrain idéal pour risquer quelques audaces.
L’album Codes & Keys paru l’année dernière n’avait pas fait l’unanimité, contrairement aux précédents bijoux Transatlanticism et Plans, malgré un très beau premier single (You Are A Tourist). Pour ce passage attendu depuis quand même 4 ans à Paris, les Death Cab ont tout naturellement puisé dans leur réserve de perles pop pour mettre tout le monde d’accord. A Lack Of Color, I Will Possess Your Heart : en guise d’attaque, voilà déjà deux exemples de la facilité déconcertante des Américains pour les atmosphères en demi-teinte. Mais ce serait mal les connaître que de croire qu’ils ne sont bons que dans le registre des bluettes pour adolescentes, ils savent aussi appuyer sur le champignon. Et boum, Doors Unlocked And Open, l’impeccable section rythmique, composée de Nick Harmer à la basse et Jason McGerr à la batterie, sonne la charge.

Musiciens plus qu’accomplis, les Death Cab ont sûrement beaucoup biberonné les Cure, étant donné leur goût pour les plages instrumentales. Et c’est tant mieux, car c’est dans ces situations qu’ils révèlent tout leur talent, alors qu’on les avait un peu vite réduits au rôle de fournisseurs officiels pour bandes originales aseptisées. Ben Gibbard sacrifie à la version acoustique de LA balade ultime des dernières années : I Will Follow You Into The Dark. Mais c’est pour mieux faire rugir les extraits du dernier opus (Codes And Keys, You Are A Tourist, Underneath The Sycamore, Portable Television) et revenir sur cette très belle ouverture de Plans, Marching Bands Of Manhattan, avant de conclure sur l’inévitable Transatlanticism.

Ils sont rares, aujourd’hui, les groupes qui octroient à leur public une bonne heure et demi de concert. C’est le cas des Death Cab For Cutie, pas avares du tout. On espère qu’ils n’attendront pas 4 ans avant de revenir !

——

Texte : PO
Crédit photo : ©2012 Carsten Wilde

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet