Saint Motel – Voyeur 

Publié par le 15 août 2012

Nous pensions bien avoir trouvé le parfait album de l’été 2012 avec l’excellent Gone du non moins excellent Vacationer. Une thématique exclusivement fondée sur le voyage et l’évasion, une musique aux doux accents west coast : tout y est pour accompagner un été pas si défaillant que ça, finalement. Mais voilà qu’un trouble fête vient brouiller les cartes. Il s’agit là encore d’un premier album, nous venant tout droit de Los Angeles. J’ai nommé Saint Motel et son Voyeur ! Des mélodies addictives, des rythmiques résolument dansantes : voilà 11 morceaux qui respirent la sea, le sexe et la pop ! A moins que…

A moins qu’il ne s’y cache autre chose, une profondeur et une noirceur promptes à refroidir les ardeurs des vacanciers… Comme dans un film des frères Cohen, la première impression est celle d’une musique flamboyante, jouissive, riche de mille détails… mais la seconde lecture fait rapidement froid dans le dos. En effet, lorsqu’on creuse les paroles, le groupe révèle un côté sombre, pessimiste voire franchement déprimant. Quel fossé avec une musique dont on pourrait comparer le potentiel dansant à ceux de Franz Ferdinand ou des Two Door Cinema Club !

Saint Motel – Puzzle Pieces (vidéo)

Un exemple ? Puzzle Pieces, qui est probablement le morceau le plus efficace de l’album, traite de l’addiction perverse à la chirurgie esthétique : « C’est si dur de s’arrêter lorsque tu es accro, tu es comme un junkie à la recherche de ton prochain shoot de chirurgie / Ton visage est fait de pièces de puzzle qui ne s’assemblent pas ». Autre exemple ? At Least I Have Nothing, morceau le plus rock du lot : « J’avais tellement d’espoir pour ma génération / Si nous avions eu des objectifs nous aurions pu les atteindre / Mais au lieu de cela nous sommes paumés, sans exemple à suivre / Nous sommes prisonniers d’un business model ».

Mais qu’est-ce qui pousse ce jeune quatuor à écrire des paroles aussi désabusées ? Dans leur bio, on peut lire qu’il s’agit pour eux de décrire la délicate dichotomie de l’existence. C’est donc une lecture très noire que font ces Américains de leur société : à mi-chemin entre les mirages de l’entertainement et la cruelle réalité d’une génération en perte de repères. Difficile de ne pas faire le lien avec la tuerie qui a eu lieu dans ce cinéma de la banlieue de Denver il y a quelques semaines de cela…

Envie d’aller plus loin ?

Saint Motel vous propose de découvrir en intégralité leur premier album via Soundcloud.

Le site du groupe : www.saintmotel.com
La fan page : facebook.com/saintmotel
Le compte twitter : twitter.com/saintmotel

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet