La lourde de tâche d’entamer cette 4e édition de L’Eldorado Music Festival revient à Søren Løkke Juul aka Indians, jeune trentenaire natif de Copenhague. D’autant plus lourde qu’il se présente seul devant un public venu nombreux pour entendre Perfume Genius. Le Danois alterne le bon, lorsqu’il joue de ses multiples claviers avec des sons tout droit sortis des premières expérimentations synthétiques des années 80, et le moins bon, quand il joue une folk relativement insipide à la guitare. A écouter les quelques morceaux dispos en ligne (en particulier le sublime Magic Kids), Søren vaut mieux que cette prestation en demi-teinte, comme le démontre d’ailleurs sa récente signature sur le mythique label 4AD. A suivre donc…

Site : www.heyiamindians.com

Perfume Genius

C’est un Mike Hadreas légèrement tendu qui monte ensuite sur scène. Après avoir livré Put Your Back N 2 It, l’un des albums les plus lumineux de cet hiver, son passage en ouverture de l’Eldorado Eldorado promettait de belles choses. Et il y en eut, tant Perfume Genius a su faire de sa sensibilité à fleur de peau une arme de conquête massive et mettre le public du Café de la Danse dans sa poche. Entouré de son compagnon Alan Wyffels aux claviers et d’un batteur français au jeu parfaitement dosé, Perfume Genius réussit à faire s’envoler ses chansons mélancoliques (Awol Marine, Look Out, Look Out, Take Me Home, Helpless en reprise de Neil Young) et en faire une douce complainte. Minimaliste et chaleureux, épuré et émouvant, Hadreas fait sien l’adage less is more et ne s’attarde jamais sur un titre. Trouvant ses marques peu à peu, il donnera en rappel une reprise de Madonna (Oh Father) et l’une des plus belles chansons de son premier album Learning, Mr Peterson. Puis le nouveau chouchou du Café de la Danse s’éclipsera, laissant à son public allongé sur des tapis persans (volants ?) le soin de s’approprier les notes et d’atterrir doucement après cette balade en apesanteur.

Site : www.facebook.com/perfumegeniusofficial

——

Texte : PO & BeB
Crédit photos : ©2012 Rory O’Connor

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet