On l’avait laissée sur une voie touffue et luxuriante, et voilà qu’Alela Diane nous revient par les chemins du dépouillement et de la sobriété. About Farewell est déjà son 4e album, et pourtant ce n’est que maintenant qu’on a le sentiment de commencer à la connaître. Il aura probablement fallu ce cheminement à la nouvelle grande prêtresse du folk pour atteindre son équilibre, un mélange ténu de polyphonie légère et d’arrangements aériens.

Dès les premières secondes de Colorado Blue, on retrouve le charme de la voix enchanteresse d’Alela Diane, à la fois douce et claire, posée mais sûre de son fait. Alela Diane chante sur About Farewell les abandons, les passages de la lumière de l’amour aux ombres de la solitude.

Mais il n’est pas question ici d’étaler le pathos des relations amoureuses et de les étaler devant tout le monde : Alela choisit la retenue et l’envol vers une nouvelle vie (Before The Leaving). En quelques années, l’Américaine a acquis la sagesse ancestrale des grandes chanteuses, et puise directement à la source des meilleures, Odetta en tête, qui fut la grande inspiratrice de Dylan à l’époque où il n’était qu’un étudiant paresseux en quête de son destin.

Si About Farewell fait la part belle à l’introspection et ressemble à une digue construite pour retenir les sentiments (The Way We Fall et ses chœurs en vagues échouées qui se retirent lentement, Rose & Thom et ses harmonies vocales aux réminiscences de chant grégorien), il ménage aussi quelques lueurs d’espoir grâce aux apparitions de la flûte et d’une petite section rythmique. Hazel Street a ainsi le charme d’un air traditionnel qui serait resté inconnu jusqu’à ce jour et Black Sheep est ce petit bijou digne des meilleurs moments de Crosby, Stills & Nash que l’on a envie de garder près de soi quand on encaisse des coups durs.

En à peine plus d’une demi-heure, Alela Diane réussit à reconquérir les cœurs qui avaient eu tendance à l’oublier depuis l’aventure Wild Divine. About Farewell a tout du futur classique qu’il faut avoir chez soi et transmettre aux générations futures. Pas de futilité, chaque note compte, chaque mot est pensé. La grande prêtresse est de retour.
—–

Un titre : Black Sheep
Le site : www.aleladiane.com

Bonus

Découvrez Lost Land filmé en acoustique aux Bouffes du Nord.

Tags :

VOS COMMENTAIRES
FESTIVAL DES 7 COLLINES
LE 24/06/2013 À 14H10

Hélas non 😉 nous sommes sur une petite jauge pour ce concert 🙂 mais les places sont disponibles sur tous les bon points de vente !

BEB
LE 26/06/2013 À 15H11

Eh bien n’hésitez pas au moins à relayer le très bel article de PO sur le magnifique nouvel album d’Alela sur votre site et votre fan page !

FESTIVAL DES 7 COLLINES
LE 24/06/2013 À 11H47

Alela Diane sera en concert le 10 Juillet (complet) et le 11 Juillet dans le cadre du Festival des 7 Collines. Musée d’Art Moderne – St Priest en Jarez (42) – 20h00 Tarifs : 15 / 20 euros + infos : 04 77 32 54 13 http://www.festivaldes7collines.com

BEB
LE 24/06/2013 À 12H13

Ben alors, c’est quoi cette pub éhontée ? J’espère au moins que l’on va pouvoir faire gagner des places pour le concert du 11 juillet pour les lecteurs d’à l’écoute 😉