Sigur Rós - Stormur

Le développement d’Internet, de la bande passante et des possibilités offertes par les navigateurs et autres outils web, ont favorisé l’émergence d’une nouvelle race de vidéo clip : les clips interactifs.

Le principe est simple : l’internaute n’est plus simplement spectateur mais également acteur de la vidéo de son groupe préféré. L’objectif de ce type de démarche est double :

– Renforcer l’adhésion des fans en les intégrant au projet artistique du groupe,
– Profiter de la viralité des réseaux sociaux pour diffuser très largement le clip, au-delà du public naturel du groupe.

L’interactivité peut prendre des formes très variées, de la plus simple à la plus évoluée. On peut grossièrement classer les clips en 2 grandes catégories : ceux qui se reposent sur vos informations personnelles pour enrichir leurs scénarios, et ceux dont vous êtes les acteurs, décidant tout ou partiellement des événements se déroulant à l’écran.

Voici quelques exemples intéressants, dont 2 « vidéos » du groupe Arcade Fire qui est depuis longtemps un précurseur de ce genre de démarche.

Linkin Park – Lost In The Echo

Bien que d’une réalisation soignée, le principe de Lost In The Echo est relativement simplement : vous vous connectez via facebook avant de débuter l’expérience, et vous voyez ensuite apparaître quelques unes de vos photos pendant la vidéo. Bien que classique, le résultat reste efficace !

Linkin Park - Lost In The Echo

Pour voir le clip : lostintheecho.com

Sigur Rós – Stormur

Les Islandais de Sigur Rós ont une communauté de fans extrêmement fidèles depuis la formation du groupe en 1994. Ils ont donc souhaité les mettre à l’honneur dans leur dernier clip. Ils ont pour cela conçu un clip interactif en perpétuelle évolution, se nourrissant des photos et vidéos postées par leurs fans sur Instagram et taggés du nom de la chanson : #stormur. J’ai testé le dispositif : il fonctionne sans filet (entendez par là sans modération a priori) puisque ma vidéo a été immédiatement été visible sur le site créé pour l’occasion. Une démarche louable et artistiquement intéressante, mais dont on imagine les possibles débordement…

Sigur Rós - Stormur

Pour voir le clip : stormur.sigur-ros.co.uk

Arcade Fire – The Wilderness Downtown

Là, l’ambition comme le résultat final sont nettement plus élevés. Réalisée avec la participation de collaborateurs de Google, le clip de The Wilderness Downtown plonge le héro dans votre ville natale : vous indiquez votre lieu de naissance et vous observez l’action se dérouler dans les rues qui vous ont vu grandir. L’effet est saisissant ! Petit bémol : ce clip, qui ne fonctionne que sur chrome, a déjà 3 ans et ne fonctionne plus si bien, la faute aux multiples évolutions du navigateur…

Arcade Fire - The Wilderness Downtown

Pour voir le clip : thewildernessdowntown.com

Moones – Better Energy – Drunk in Session

Ce clip a pas mal fait parlé de lui à sa sortie, puisqu’il va à l’encontre de toutes les campagnes de lutte contre l’alcoolisme actuelles. L’idée est d’enivrer les musiciens et d’observer l’influence de l’alcool sur le comportement du groupe pendant qu’il interprète le morceau. Différents angles de caméras permettent de ne rien rater du « spectacle ». Politiquement très incorrect mais extrêmement drôle… La preuve également que tout un chacun peut réaliser des clips interactifs avec peu de moyens (un compte youtube) et beaucoup d’imagination.

Moones - Better Energy - Drunk in Session

Pour voir le clip : youtu.be/VNRMSKSZY04

Arcade Fire – Sprawl II

Non, il ne s’agit du nom d’un film d’horreur mais bien d’un autre clip interactif signé du groupe montréalais Arcade Fire. Cette fois, il va s’agir, en vous filmant via votre webcam, de diriger les mouvements de danseurs présents tout le long du clip. Plus vous bouger, plus ceux-ci multiplient les mouvements. Une expérience à la fois passionnante et potentiellement exténuante !

Arcade Fire - Sprawl II

Pour voir le clip : www.sprawl2.com

Rome – 3 Dreams of Black

3 Dreams of Black plonge l’internaute dans un univers virtuel dans lequel il peut évoluer librement, mais qu’il peut surtout lui-même enrichir ! Comme sur le fameux jeu Minecraft, vous pouvez composer des formes à l’aide de briques, parmi lesquelles vous pourrez ensuite évoluer dans le clip. Des internautes particulièrement créatifs ont conçues des objets en forme de Super Mario, de champignons ou encore d’arc-en-ciel… Ce clip a lui aussi été développé par des collaborateurs de Google.

Rome - 3 Dreams of Black

Pour voir le clip : www.ro.me

Ce ne sont que quelques exemples parmi la multitude des initiatives qui se sont développées dans les 5 dernières années.

Ces démarches, aussi intéressantes et riches soient-elles, nous interrogent pourtant :

– Quelle pérennité pour des oeuvres qui sont pour la plupart intimement liées à leur support technique, qu’il s’agisse de Chrome, Youtube, Instagram, Facebook… Comment les archiver, ou tout du moins en garder une trace pour le futur ? C’est une problématique que rencontre d’ailleurs depuis longtemps déjà les artistes numériques dans l’art contemporain et pour laquelle il n’y a pas réponse simple.

– Jusqu’où aller pour sortir du lot ? En effet, l’objectif étant avant tout de faire parler du groupe et de sa musique, les groupes vont rapidement se retrouver confronter à une course aux moyens pour faire mieux que le clip interactif précédent. Cela dit, on a vu grâce à Moones que la créativité est bien souvent une excellente réponse à cette question de moyen. A l’inverse, l’exemple récent de Kanye West et de son calamiteux « clip interactif » Black Skinhead, démontre que les moyens ne sont pas une condition suffisante pour un résultat réussi.

– Enfin, comment être sûr que l’expérience interactive ne prendra pas le pas sur la musique elle-même, et donc être finalement quelque peu contre-productive ? En effet, posez-vous la question : vous rappelez-vous des musiques des clips interactifs que vous venez de visionner ? Moi non plus…

 

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet