Swann - Café de la Danse - 2013.09.23

Après la soirée 100% folk et marmelade de la veille, le Café de la Danse confie les clés du camion à deux projets bien de chez nous pour la pénultième soirée de l’Eldorado Music Festival. Un monde sépare les 49 Swimming Pools et Swann, et pourtant on repart avec la vague impression que ce sont deux petites parties d’un tout où l’on se sent bien. C’est peut-être ça, le vrai Eldorado.

49 Swimming Pools

A toute chose, malheur est bon. C’est heureusement aussi le cas de l’actuel revival 80’s qui, malgré une pléthore d’horreurs, fait éclore des projets ambitieux. Les ligériens de 49 Swimming Pools ont choisi de payer leur tribut à cette toute petite frange des années 80/90 qui avait vu éclore des groupes qui plaçaient l’émotion et la mélodie au-dessus de tout.

Des groupes qui pensaient qu’une chanson ne devait pas se réduire à un schéma couplet-refrain avec guitares boursouflées, et qui cherchaient à étoffer leur son avec des arrangements un peu soignés : The Apartments, The Go-Betweens, Prefab Sprout… La voix d’Emmanuel Tellier fait aussi penser à bien des égards aux vocalises en rupture de Jonathan Donahue.

Lors de la prestation des 49 Swimming Pools en première partie de la mini-tournée de reformation de The Apartments l’hiver dernier, on ne pouvait que sentir le poids de l’héritage des uns envers les autres. Quelques mois plus tard, le discours a légèrement changé et privilégie une ambiance plus pop : en commençant le set par The Goodbye Song et son enthousiasme vivifiant, le groupe envisage les choses plus sereinement. Le troisième album est en cours de finition et promet bien des choses.

Le premier extrait, par exemple, The Bright Light, rappelle les meilleures heures des Kinks. Il y aura aussi ce Diego (Half Man Half Horse) – peut-être un hommage à Zorro ? – complètement fou. Auparavant, les 49 Swimming Pools auront rappelé la palette de leur talent, de la mélancolie de l’accordéon de The First To Know à la balade parfaite de Automatic Love, du rock mélodieux de Harpsichords à la déflagration de A Notebook To Random en passant par la valse sombre de Shiver (où Fabien Tessier donne le rythme au clavier avant de gifler ses cymbales et Etienne Dutin fait résonner ses accords fantomatiques sur sa Gretsch).

Moins disert que d’habitude entre chaque titre, Emmanuel Tellier trouve la juste mesure et insuffle l’impatience de découvrir le futur album – on ne voudrait pas mettre trop de pression à Fabien Tessier, mais certains trépignent déjà. Cela devrait être un grand millésime.

——

Setlist :

The Goodbye Song / I’m The Driver / Lovers / The First To Know / Automatic Love / Shiver / Harpsichords / The Bright Light / You’re Too Sentimental / A Notebook At Random / Don’t Cut The Tree / Diego (Half Man Half Horse)

Swann

Quand les lumières s’éteignent à nouveau pour l’arrivée de Swann, c’est pour découvrir sur le mur du Café de la Danse son titre Angel Of Death illustré par un petit film où les personnages jouent avec leurs ombres sur le mur. Les musiciens prennent enfin place et l’on découvre une Swann sans sa frange, les cheveux tirés et pailletés, les yeux largement maquillés. Que de changements par rapport aux premiers échos, aux premières vidéos échangées sur Internet !

Evidemment l’analogie avec Natalie Portman dans Black Swan saute aux yeux, mais ici foin d’entrechats, ou de jambes tendues – malgré le nom du Café de la Danse. Il y aura peu de mouvements au long de ce set, mais toute l’activité sera dans la voix. Cette voix rauque et profonde, ces mélodies folk toutes simples, tout concourt à évoquer inévitablement Nico.

Qu’il soit à la guitare sèche ou aux instruments à vent, Stephen couve sa protégée et lui tisse des tapis sonores pour qu’elle y pose ses mots. Pendant ce temps, Mocke, maître d’œuvre de Holden, propulse les chansons comme des bulles de savon en tirant de sa Fender des notes d’une gracilité infinie.

Swann déroule alors son tout nouvel EP Angels, tout en restant fidèle aux quelques titres qui l’ont déjà fait connaître avec son album NeverendingShow Me Your Love, Hold Me Close, qui est l’un des tout premiers titres qu’elle a composés, ou la magnifique I’ll Say A Prayer. Tiendrait-on enfin notre jeune Joni Mitchell ? Il est sûrement trop tôt pour le dire et il ne faudrait pas qu’elle sente la pression la guider de trop. Mais on peut raisonnablement fonder de grands espoirs en elle. Le futur lui appartient.

——

Setlist :

My Darling / It Don’t Ryme / Love Song #1 / God Is Dead / Requiem For An Angel / Angel Of The Seas / Angel Of Death / Trying Hard To find Myself Again / Show Me Your Love / I’ll Say A Prayer / Something Special / Hold Me Close / Loneliness

49 swimming pools - Café de la Danse - 2013.09.23

49 swimming pools - Café de la Danse - 2013.09.23

49 swimming pools - Café de la Danse - 2013.09.23

49 swimming pools - Café de la Danse - 2013.09.23

49 swimming pools - Café de la Danse - 2013.09.23

49 swimming pools - Café de la Danse - 2013.09.23

49 swimming pools - Café de la Danse - 2013.09.23

49 swimming pools - Café de la Danse - 2013.09.23

49 swimming pools - Café de la Danse - 2013.09.23

Swann - Café de la Danse - 2013.09.23

Swann - Café de la Danse - 2013.09.23

Swann - Café de la Danse - 2013.09.23

Swann - Café de la Danse - 2013.09.23

Swann - Café de la Danse - 2013.09.23

Swann - Café de la Danse - 2013.09.23

Swann - Café de la Danse - 2013.09.23

Swann - Café de la Danse - 2013.09.23

Swann - Café de la Danse - 2013.09.23

Swann - Café de la Danse - 2013.09.23

——

Crédit photos : ©2013 Julien Duclos
 

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet