Wilfried @ Mains d Oeuvres - 2013.10.12

La proposition faite par Wilfried*, signé sur le label Clapping Music (Ramona Cordova, Egyptology, Orval Carlos Sibelius, Yeti Lane) est très alléchante : un concert pour le lancement du 3e album Matrice où le public se situe au centre de la scène. Quel meilleur endroit que  Mains d’Œuvres, construit sur des anciennes usines Valéo, pour tester ce dispositif scénique particulièrement original et qui mérite à lui seul de découvrir l’album en concert ?

Les spectateurs sont d’abord invités à “rentrer dans la matrice”. Dès lors, d’anciens souvenirs d’objets complexes mathématiques ressurgissent, ils ne nous quitteront pas. Mais ici la matrice est circulaire, comme le visuel lunaire de l’album : il s’agit aussi, selon la définition, de l’organe du système reproducteur (dérivé de mater, qui signifie « mère »), d’un élément qui fournit un appui ou une structure, et qui sert à entourer, à reproduire ou à construire.

Nos photos ne seront pas à la hauteur du concert et on tient déjà à s’en excuser. Pas évident en effet de photographier quatre musiciens jouant dans l’obscurité derrière un rideau hémisphérique semi-opaque éclairés uniquement par des bribes de films (impossible dématriçage une fois coincé à l’intérieur de la matrice). C’est donc dans un huis-clos représentant les entrailles maternes et le placenta que le concert démarre avec un son régulier de cœur battant lourdement. Ce rythme cardiaque hantera l’ensemble du concert.

Wilfried @ Mains d'Oeuvres - 2013.10.12

Les musiciens (Wilfired* est accompagné par Dorothée HannequinJérôme Laperruque et Olivier Marguerit) se placent aux quatre points cardinaux. Avec cette disposition, Wilfried* nous impose un exercice d’introspection en entamant The Mum’s Song, la balade acoustique qui ouvre Patrice (transposée acoustique de Matrice qui sort en numérique simultanément). Le ton est donné, avec cette berceuse Wilfried* nous invite à nous recueillir sur nous-même.

Mais au lieu d’un concert totalement intimiste Wilfried nous prend subitement à contre-pied avec Matrice, chanson-titre du troisième opus. D’abord par l’usage du français, mais surtout par l’ambiance mystique et chamanique, renforcée par la projection du clip animé et réalisé par Baptiste Biaggi qui apporte une teinte futuriste au morceau. On sourit à l’évocation des “Ça va ? Et toi mon ami ?” répétés ou déclinés (“ça boome ?”, “ça gaze ?”) à l’infini. Puis l’angoisse nous prend lorsque l’on prend conscience des dérives au fil de la chanson : la vacuité de notre existence, ici représentée par la matrice nulle d’où surgissent les plus grands maux comme les “chambres à gaz” discrètement évoquées ici.

Wilfried @ Mains d'Oeuvres - 2013.10.12

Suivront alors trois morceaux selon le même ordre et la même distribution que sur l’album (on ne se risque pas à modifier la structure d’une matrice bien construite). Avec Le yoyo, nous sommes désormais transportés au centre de la matrice d’inertie avec en projection visuelle des montagnes russes pour illustrer les travaux pratiques d’un cours de mécanique du solide imaginaire. Ne demandez pas pourquoi il évoque les Enfants du Pirée, Adamo ou La Javanaise ! Sans doute pour les allitérations autour du vouvoiement et du tutoiement.

S’enchaînent Mes belles tennis et La langue des oiseaux, où comment réécrire de manière synthétique et totalement entêtante les célèbres comptines enfantines que sont C’est la cloche du vieux manoir et Au clair de la lune chantés à quatre voix sur un air encore plus léger que l’atmosphère.

Wilfried @ Mains d'Oeuvres - 2013.10.12

La suite avec le cours d’autopsie de Dexterine eût été logique mais c’est Lipstick Trace du premier album qui a été préféré. Cet intermède acoustique se place comme un entracte solo avant de changer de ligne dans la matrice avec Les revenantes et ses sonorités électro sous fond de photos de divas kitsch. Inversion de style à nouveau et retour au yéyé avec Annie (aime le sucettes ?) pour un cours de franglais aux accents minimalistes que ne renierait pas un Boogaerts gainsbourien. Qui est avec moi ?, chanson acidulée se situe exactement dans la même veine. Pure Gold, totalement symétrique par rapport à The Mum’s Song permet de préparer une sortie en douceur de la Matrice avec Dans les bois au milieu des oiseaux sifflant et du coeur battant.

En France, Wilfried* prend la place de premier de la classe, pas seulement en maths mais dans toutes les autres matières aussi. Ses ritournelles folk-synthétiques et sa voix continueront de résonner dans nos têtes durant plusieurs jours. Matrice sort ce mercredi 23 octobre, vous savez désormais ce qu’il vous reste à faire, car une ritournelle comme celle là s’écoute en boucle sur une platine.

Wilfried @ Mains d'Oeuvres - 2013.10.12

—–

Setlist :

The Mum’s Song / Matrice / Le yoyo / Mes belles tennis / La langue des oiseaux / Lipstick Trace / La revenante / Annie / Qui est avec moi ? / Pure Gold / Dans les bois

—–

Crédits photos : ©2013 Julien Duclos
 

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet