Ramona Córdova @ Café de la Danse - 19/11/13

Bon, difficile de décrire Ramona Córdova. Difficile de lui coller une étiquette. Difficile aussi de proposer une explication de texte relative aux paroles ou même de déceler un sens caché dans le mystère qui entoure le personnage.

Powerdove

powerdove @ Café de la Danse - 2013.11.19

Powerdove, c’est encore pire. Ou plutôt encore mieux. Et pourtant, le Café de la Danse est loin de faire le plein ce soir, probablement déserté par les supporteurs footix désireux de ne pas rater une seule balle de la vengeance ukrainienne des Bleus. La même hargne que sur le terrain de foot s’est toutefois ressentie sur scène.

Les trois musiciens menés par Annie Lewandowski, totalement hantés sur scène ont occupé l’espace sonore comme s’ils étaient onze. Les concerts folks sont rarement des démonstrations de transe. Là, les expérimentations nous ont interpellés mais aussi passionnés.

Ramona Córdova

Ramona Córdova @ Café de la Danse - 19/11/13

Si je suis allée voir Ramona Córdova, c’est avant tout parce qu’on me l’a proposé mais aussi par curiosité. Une amie m’en avait touché deux mots il y a quelques mois pointant du doigt son côté vagabond et ses chansons originales. Puis, il y a eu la chronique d’André Manoukian sur la matinale de France Inter qui a achevé de me convaincre : « […] Il y a de la folie dans ce chant, de la folie qui guérit de la folie […] ».

Qu’allait-il se passer sur scène ?! Premier constat, Ramona n’est pas seul mais est accompagné du talentueux violoncelliste Gaspar Claus – déjà vu à BBMIX l’année dernière – et de Marina Voznyuk au toy piano.

Ramona Córdova @ Café de la Danse - 19/11/13

Après un timide salut au public, il commence à chanter, que dis-je ânonner, une des chansons de son nouvel album (Quinn to new relationships). Car là se trouve toute la singularité de cet opus. Les paroles intelligibles sont quasi inexistantes. On distingue de temps en temps un mot pour nous guider mais rien de plus.

Déroutant pour certains, génial pour d’autres ! Je fais partie de cette deuxième catégorie. En effet, Ramona Córdova nous offre la liberté de mettre les paroles que l’on veut sur ses chansons. Notre imaginaire n’a qu’à se laisser porter par la mélodie et la voix fluette de l’interprète.

Ramona Córdova @ Café de la Danse - 2013.11.19

Les morceaux se suivent et ne se ressemblent pas. Le trio fonctionne très bien. Ironie du sort, c’est en débutant son titre préféré, Others, que Ramona Cordova casse une des cordes de sa guitare électrique essentielle pour l”introduction. Heureusement pour nous, il se rattrapera en jouant le morceau deux fois !

Le rappel se fera avec deux chansons du premier album The Boy Who Floated Freely. Cette fois-ci, le texte est compréhensible et cela ne gâche en rien mon plaisir ! Finalement, l’enthousiasme du public peu nombreux fera revenir le chanteur d”origine porto-ricaine pour un magnifique morceau a cappella.

Loin d’être fou, Ramona Córdova est un poète magicien et on en redemande !

Ramona Córdova @ Café de la Danse - 19/11/13

——

Texte : Capucine et JuD
Crédits photos : ©2013 Julien Duclos

 

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet