Son Lux – Lanterns 

Publié par le 16 décembre 2013

Son Lux - Lanterns

Depuis quelques temps déjà, je me demande ce que sera l’avenir des musiques dites « actuelles » en général, et de l’indie en particulier.

Dans son évolution moderne, la musique a fait des bons spectaculaires, avec la naissance de nouveaux styles et le développement de nouvelles possibilités technologies, mais également de formidables retours en arrière.

Or, depuis le début des années 00’s, nous sommes pris dans un vaste mouvement de recul. Non par la qualité des productions, mais par le manque d’innovation et de renouvellement des sources d’inspiration.

Plusieurs fois, nous avons cru tenir les ébauches de ce que serait l’indie de demain. Les prophètes de ce futur se nommaient Thom Yorke, David Sitek, Danger Mouse ou Sufjan Stevens.

Pourtant, les ébauches ainsi dessinées n’ont offert finalement que peu de pistes sur ce que seraient notre avenir musical. Parce que ceux-là même qui devaient ouvrir la voie ont finir par se perdre en chemin ou se mettre à tourner en rond. Parce que leurs héritiers tardent à prendre la relève aussi…

Certaines tendances semblent cependant bien se dessiner, en marge des revivals de tout poil. Influence grandissante des « musiques du monde », du classique, du hip-hop ou du jazz : plutôt qu’à l’apparition de genres musicaux, l’avenir semble être à la fusion et l’expérimentation. Grâce au développement des technologies de l’information et des médias sociaux, la porosité entre les genres n’a jamais été aussi grande, les collaborations pouvant se faire d’un bout à l’autre de la planète. La puissance des machines personnelles offre, elle, au moindre bidouilleur des possibilités de création infinie.

Son Lux – Pyre (video)

Tout cela a pour conséquence l’émergence de groupes aux productions ambitieuses, d’une complexité souvent élevée, mais qui sont le plus souvent l’oeuvre d’une ou deux personnes tout au plus, « petits génies » qui maîtrisent aussi bien les logiciels high-techs que la composition classique.

Ryan Lott, aka Son Lux, est l’un d’eux… Artiste multi-facettes, signé sur Antincon, label de hip-hop américain précurseur, initié au piano classique dès son plus jeune âge, Lott compose aussi bien des musiques de pub et des BOs de films (comme pour l’excellent Looper), que des oeuvres beaucoup plus conceptuelles tel son 7″ TEAR, sorti en 2013 en marge de son nouvel album Lanterns.

Parmi les 4 portes-étendards cités plus haut, c’est bien de Sufjan Stevens dont Lott est le plus proche. Pas simplement parce qu’ils partagent un groupe commun, s / s / s (au côté d’un 3e larron nommé Serengeti). Ils ont également en commun cette science inée de la mélodie et ce refus de la voir sacrifiée sur l’autel de l’expérimentation.

Son Lux – Lost It To Trying (video)

C’est d’ailleurs ce qui donne à Lanterns, le 3e album de Son Lux, ce côté à la fois fascinant et captivant. Fascinant, car chaque morceau est une mine de trouvailles musicales. Lott raconte d’ailleurs qu’il compose pour Son Lux à la façon d’un producteur de hip-hop : il se concentre sur les sons et les rythmiques, il réalise des collages sonores et des textures musicales !

Captivant, car malgré cette méthode de composition, chaque titre possède une mélodie susceptible de se greffer durablement dans votre cerveau. Le meilleur exemple de la maestria du jeune compositeur est le fabuleux Lost It To Trying, titre pléthorique et magistrale, que l’on aurait bien vu en illustration sonore d’un Blade Runner du 21e siècle.

Si l’on ne peut dire si ce Lanterns est une piste crédible pour un avenir musical qui se fait attendre, il est la preuve que les talents de l’indie ne se contentent pas tous de scruter le passé pour y trouver l’inspiration…

—–

Un titre : Lost It To Trying
Le site : sonlux.tumblr.com
Pour écouter l’album : rendez-vous sur le bandcamp de Son Lux.

—–

Bonus

Retrouvez 3 titres enregistrés par Ryan Lott dans les studios de Soundcheck.

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet