Flèche d'Or - 18/02/14

C’est souvent lorsqu’on n’a pas d’attentes particulières par rapport à un groupe qu’on se retrouve heureusement surpris. C’est ce qu’il s’est passé pour moi avec les belges de Pale Grey qui assuraient à La Flèche d’Or le 18 février dernier la première partie de Casual Sex. Récit de deux prestations bien différentes mais tout aussi réjouissantes.

Pale Grey

Dès le premier morceau intitulé The Gold Rush, les quatre garçons de Pale Grey dégagent une fraîcheur et une énergie qui oblige vite à couper toute conversation pour se concentrer sur l’écoute. En formation plutôt classique pour de la pop rock, guitare, basse, batterie, clavier, la force de leur prestation réside dans des arrangements vocaux qui font qu’ils sont le plus souvent 3 à chanter en chœur ce qui donne une belle intensité à leurs textes écrits en anglais pour ceux que nous avons entendu.

Flèche d'Or - 18/02/14

Un des plus jolis morceaux du set, Homeland, illustre bien cela dans la deuxième partie du morceau, la première, bien distincte, faisant apparaitre une seule voix posée sur une guitare oscillant entre deux notes et accompagnée d’un son de basse marquant chaque temps. Ce morceau dont le refrain évoque la pluie dans les yeux et le vent dans les oreilles fait référence à leur terre d’origine, le plateau des Hautes Fagnes en Wallonie. Le nom même du groupe, Pale Grey, leur a été inspiré du brouillard épais, qui selon la rumeur, trois cents jours par an recouvre les landes et les tourbières de la région.

Juste après Homeland, les Wallons n’oublieront pas de jouer le titre qui les a fait sortir du brouillard, Seaside, un morceau plus pêchu rythmiquement avec une basse très présente et des accords de claviers percutants qui donne presque parfois une couleur caribéenne au morceau. Ce titre avait apparemment été bien martelé par les radios locales suite à la sortie de leur album en Belgique au printemps 2013.

Flèche d'Or - 18/02/14

Sur scène, ils font quelques interventions sympathiques entre les morceaux, s’inquiétant de leur accent belge, pas si prononcé que ça. Le concert se terminera sur la chanson Shame, dans laquelle ils utilisent des sons de clavier assez courts et tirant sur des sonorités d’orgues comme le font Phoenix sur leurs premiers albums. Ils citent d’ailleurs le groupe comme l’une de leurs influence dans certaines interview (avec entre autres Alt-J).

En conclusion, après un tel concert, on sort avec une furieuse envie d’aller découvrir Best Friends, leur album sorti dans l’Hexagone la veille de leur passage à La Flèche d’Or.

Casual Sex

Les Casual Sex semblent tout droit sortis de la fin des années 80, ce qui tombe plutôt bien puisqu’ils font un rock aux allures furieusement post-punk.

Sam Smith, le chanteur bien nommé du groupe dont on pourrait comparer le maquillage néo-gothique à celui de Robert Smith, est doté d’une voix grave et d’une diction précise qui n’auraient pas pu trouver meilleurs partenaires que les riffs de guitare anguleux d’Edward Wood et les siens puisqu’il est lui-même armé d’une guitare. Les deux se répondent formant un duo parfaitement complémentaire, la basse sombre et régulière de Peter Masson servant de structure métronomique à l’ensemble.

Flèche d'Or - 18/02/14

Parce qu’ils viennent de Glasgow et qu’ils ont fait leur première partie pendant leur tournée 2013, les Casual Sex sont souvent comparés à Franz Ferdinand. Pourtant, on peut entendre dans ce qu’ils font beaucoup d’influences très diverses. Le morceau Stroh 80 a une introduction où la rythmique de la basse peut faire penser à The Hymn For The Cigarettes d’Hefner. Soft School a la même intro que le Roxanne de Police et Nothing On Earth a des rythmes funky et des choeurs qui rappellent les Clash. Tout comme National Unity, une chanson aux rythmiques très punk-dub.

Le chanteur dit aussi être fan de Roxy Music et de leur album éponyme. Reste que les quatre Ecossais (où tout du moins dont le groupe s’est formé en Ecosse) font tout simplement du rock de mauvais garçons. Avec deux guitares, une basse et une batterie et des paroles de chansons qui parlent de tromper sa copine ou des ambiances difficiles dans les écoles des années 70, le groupe annonce clairement sa ligne éditoriale.

 Flèche d'Or - 18/02/14

Sur scène, ils arborent une attitude fière mais professionnelle, enchaînant les morceaux sans esbroufe. Le set n’était pas très long avec un seul rappel, ce qui en aura déçu certains, mais la découverte en valait la peine pour ceux qui ne connaissait pas vraiment, comme moi. Casual Sex est une expression anglaise qui désigne le sexe sans fioritures et sans lendemain, juste pour le sexe.

Est-ce leur rock rapide (ils jouent à une vitesse hallucinante) et efficace qui leur a inspiré ce nom? On ne sait pas, mais ce qu’on sait c’est qu’on va continuer à en entendre parler demain.

——

Crédits photos : ©2014 Benoît Barnéoud. Toutes les photos de la soirée sont disponibles ici.

 

Tags :

VOS COMMENTAIRES
BENJAMIN
LE 23/03/2014 À 16H38

Bel article pour un super concert des Casual Sex et leur rock nerveux sous influence glam/punk comme ils savent le faire outre manche ! Il leur manque juste un tube !