Je suis Charlie

Sur mon premier article de l’année (daté du 6 janvier 2015), je revendiquais le droit à l’exploration de « nouveaux territoires » musicaux. Ces belles velléités se sont abimées le lendemain au moment de l’attaque de Charlie Hebdo. Passée la sidération initiale, la trouille, la révolte et le dégoût… je me suis retrouvée vide, sec, incapable d’écouter quoique ce soit et encore moins d’écrire. Je sais que je ne suis pas le seul. J’ai vu apparaître le même genre de questionnement chez quelques unes des personnes que je suis sur facebook : « Et maintenant, on écoute quoi ? », faisant écho au « Et maintenant on fait quoi ? » qui a suivi la formidable mobilisation du dimanche 11 janvier. Au regard des morts et de la nature des attaques, l’interrogation peut paraître futile. Je crois pourtant qu’elle ne l’est pas complètement…

Ce n’est évidemment pas un hasard si les arts et la culture sont les premières cibles des extrémistes de tout poil. Qui s’est un jour intéressé(e) à la culture de l’autre, à sa langue, sa musique, sa gastronomie, ses coutumes… ne peut tout simplement pas le haïr. Le 7 janvier dernier, et les jours qui ont suivi, ce n’est pas seulement à notre liberté d’expression que l’on s’est attaqué, c’est également à notre capacité à vivre ensemble, à accepter et aimer l’autre dans sa différence et sa diversité. On a voulu tuer notre inclinaison naturelle à aller vers l’autre en dressant des murs de haine entre nous. Or il faudra bien plus qu’une augmentation des crédits militaires pour les abattre. Qu’ils soient physiques ou non, les murs que l’on s’échine depuis des siècles à dresser entre les peuples ne peuvent être abattus que d’une seule manière : par l’éducation et l’accès à la culture.

Voilà pourquoi la question du « morceau d’après » ne me paraît pas totalement anodine. J’ai pu constater qu’au « Et maintenant, on écoute quoi ? », la réponse était quasiment toujours la même : des vieux classiques, des groupes et albums qui nous ramènent invariablement dans notre zone de confort, nous rassurent, nous font du bien. Cette réaction (qui fut également la mienne) est naturelle, mais elle doit être combattue : notre curiosité, notre besoin de découverte, ne doivent pas être des victimes collatérales des attentats. Il nous faut (re)partir à la découverte des musiques du monde, reprendre le casque, la plume et faire ce que tous les ignorants du monde détestent le plus : être curieux.

Il m’aura fallu plusieurs jours pour réécouter de la musique, trois semaines pour me décider à écrire ces quelques lignes maladroites mais qui étaient pour moi nécessaires. à l’écoute va continuer son petit bonhomme de chemin, revendiquant haut et fort son droit à la curiosité et au partage.

Et cela commence avec cette playlist des groupes que l’on attend de pied ferme pour 2015 avec un prochain EP ou LP. Vous y retrouverez en particulier nos très chers Fránçois & The Atlas Mountains qui sortent ces jours-ci L’Homme Tranquille, un quatre-titres enregistré par les Français à l’été 2013 en Afrique de l’Ouest avec des musiciens locaux. Difficile de trouver plus belle exemple de rencontre musicale pour illustrer mes propos 🙂

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet