Odessey & Oracle

Chers lecteurs, vous allez lire ici le premier live report désynchronisé de l’histoire d’à l’écoute. En effet, alors que les jolies photos que vous verrez sur ce report ont été prises par BeB lors du concert d’Odessey & Oracle à l’Espace B, je vais m’efforcer de mon côté de vous donner quelques impressions du concert donné trois jours plus tôt par le même groupe à l’Olympic Café dans le 18ème arrondissement de Paris.

Ouvrant une soirée souterraine très pop, les Lyonnais bien nommés d’après le deuxième album des Zombies, se sont donnés dans un set psyché-folk hippie bien senti. Pour la voix aiguë et fluette de la chanteuse, et pour leurs allures dépareillées, on les classerait facilement au premier abord dans la catégorie twee pop, mais à les écouter pas du tout.

Odessey & Oracle

Dans une configuration somme toute atypique, les trois musiciens se présentent sur scène assis. Quand on est petite, dans une salle comme celle de l’Olympic café où l’espace scène n’est pas vraiment surélevé, il faut se faufiler à travers le public pour voir leurs visages. Entourés chacun de leurs instruments, ils passent de l’un à l’autre sans grandes difficultés. La pianiste/claveciniste assure aussi à la flûte à bec. La chanteuse est en même temps au clavier Hohner Pianet.

Le guitariste, le plus bavard du trio, qui fait de temps en temps quelques petites introductions avant les chansons, jongle entre guitare sèche, banjo, et une guitare dobro qui donne un petit côté country américaine à plusieurs morceaux. C’est un groupe sans batterie et ça fonctionne très bien.

Odessey & Oracle

Les arrangements sont mélodiques avec bien sûr des sonorités psychédéliques mais pas seulement. Certains comme The Unicorn, avec une flûte à bec très présente, font carrément penser à de la musique médiévale. La plupart des morceaux sont chantés en anglais avec peu d’importance donnée aux paroles car ce qui semble compter ici c’est plus l’expérimentation musicale. Chouette moment à la fin du concert lorsqu’ils font une reprise de The Way I Feel Inside justement des Zombies accompagnés de leurs amis du groupe lyonnais (aussi) Tara King.

Odessey & Oracle

Bourré d’idées, leur premier album studio qui contient de belles réussites comme 2016 ou l’excellente I Saw My Mother, mérite l’écoute.

La soirée s’est poursuivie avec le groupe Tara King, et sa pop sixties éthérée, pour finir avec l’excellent Mehdi Zannad qui a fait danser un peu tout le monde avec sa pop magique.

Odessey & Oracle

——

Crédit photos : ©2015 B. Barnéoud. Toutes les photos de la soirée sont disponibles ici.

 

Tags :

VOS COMMENTAIRES
BEB
LE 26/02/2015 À 13H07

Super concert !