Fyfe @ Point FMR – 08/04/15 

Publié par le 16 avril 2015

Fyfe

Fyfe fait partie des chouchous d’à l’écoute, c’est donc en force que l’équipe était présente au Point Éphémère le mercredi 08 avril pour son premier concert parisien en tête d’affiche (et complet…) depuis la sortie de l’album le 09 mars dernier.

Le premier détail qui interpelle en jetant un œil sur le public est de constater la prédominance de filles. Les seuls garçons « tolérés » semblent les boyfriends des filles les plus partageuses. Paul Dixon est plutôt beau gosse, certes, mais c’est avant tout un super musicien qu’on imaginait séduire à égalité les virtuoses girls and boys. Passons. Le concert débute et il faut quelques morceaux pour que la technique soit au diapason, que Paul se détende et entre en communion avec le public en blaguant sur son nom de scène, souvent déformé en [fifi] semble-t-il. Pour rappel, la prononciation est bien [faif].

L’alchimie des percussions, des guitares discrètes et de la voix angélique opère aussi bien sur scène que sur disque. L’intérêt du live est de redécouvrir les morceaux, d’en révéler des aspects encore inaperçus. On sent bien que le passage à la scène a été soigneusement préparé. On n’en attendait pas moins d’un tel virtuose. (Pour mémoire, Fyfe nous confiait en décembre avoir un passif de huit années de violon, cela laisse forcément des traces…)

Fyfe

Les percussions, parfaitement exécutées par David, son inséparable ami d’enfance, forment l’épine dorsale du set. Paul vient ensuite poser sa voix et sa guitare pour incarner les morceaux. Par moments, les beats deviennent presque hip-hop, une influence musicale reconnue par Fyfe. Sur d’autres, c’est l’angélisme de sa voix et la douceur de son jeu de guitare qui s’imposent. Cette sorte de grand écart se perçoit notamment dans l’enchaînement entre In Waves, terminée par un long solo de guitare tout en douceur et suivie sans coupure par Keep It Together, beaucoup plus intense. Bien entendu, les tubes déchainent la foule, Holding On, For You, Solace

Les plus beaux moments sont cependant à chercher du côté de cette douceur déjà évoquée : sur Saint Tropez, les gestes enveloppants, presque sensuels de Paul pour sa guitare ; sur Lies, Pt II, premier titre du rappel, le début presque a cappella, puis les notes de guitares qui viennent peu à peu soutenir la voix. Probablement les deux moments les plus touchants du concert.

Histoire de ne pas laisser le public sur une telle note vaporeuse, le groupe conclut le set par la reprise de Through The Wire de Kanye West. À l’issue d’un concert dont on regrette juste qu’il ait duré moins de quarante-cinq minutes, à l’écoute est toujours aussi fan de Fyfe. Et vous ?

Fyfe

——

Crédit photos : ©2015 B. Barnéoud.

 

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet