Of Montreal | Café de la Danse, Paris

of Montreal, c’est pour moi une découverte récente d’il y a deux ans seulement. Ça a été ce qu’on peut appeler un coup de foudre musical (et moderne) : alors que Radio Nova passait une de leurs chansons (Sirens Of Your Toxic Spirit) à l’occasion de la sortie de leur (déjà) douxième album studio, j’étais tranquillement dans ma voiture affrontant un quelconque embouteillage parisien et, comme cela m’arrive de temps en temps, je n’ai pas pu attendre la fin de la chanson : j’ai shazamé.

Je me renseignais rapidement auprès de mes connaissances un peu plus à la page que moi. « Vous connaissez of Montreal ? – Oui oui bien sûr, c’est un vieux groupe! » Effectivement, vieux et prolifique. Entre 1997 et 2005, ils sortent un album par an. J’ai écouté Lousy with Sylvianbriar en boucle pendant un bon mois suite à cet événement.

Quoi qu’il en soit, quand j’ai appris qu’ils étaient programmés pour le Clap Your Hands Festival, je me suis évidemment empressée d’acheter une place pour ne pas les rater. Même si cela s’est avéré inutile par la suite puisque j’ai eu la chance d’être accréditée, cette précipitation restait néanmoins une bonne idée car le concert affichait complet le soir du 27 avril.

Of Montreal | Café de la Danse, Paris

Fidèle à son excentricité habituelle (il lui est arrivé de jouer une partie de set tout nu à Las Vegas), Kevin Barnes, tête pensante et composante du groupe, rejoint ce soir-là la scène du café de la danse maquillé de paillettes et vêtu principalement d’une cape brillante. Ses cheveux étaient plaqués sur le côté pour mieux accentuer l’asymétrie de sa coupe. Certaines filles crient « Keeevin!!!! » (C’est vrai).

Il est accompagné d’un bassiste, d’un batteur aux cheveux longs (classique) et d’un guitariste habillé en cowboy américain avec chapeau et foulard. Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple : les Américains démarrent le set avec Bassem Sabry 1er morceau de leur album Aureate Gloom sorti en mars 2015. Entre pop et disco, ce premier extrait qui ne ressemble pas à leur style habituel reste cependant marqué par une mélodie bien accrocheuse comme sait les faire le chanteur.

Of Montreal | Café de la Danse, Paris

Largement influencé par des groupes de la fin des années soixante-dix comme Television ou Talking Heads, of Montreal repose surtout sur le song-writing de génie de Kevin Barnes. Fan des Kinks déclaré (Ray Davies serait en tête de liste dans les membres de son groupe idéal d’après une interview), beaucoup de ses arrangements psychédéliques-mélodiques font penser aux Beatles période Strawberry Fields.

Sur scène, ils ne parlent pas beaucoup et enchaînent les titres presque sans interruptions si ce n’est quelques moments de digression (une petite intro de Drive My Car par-ci…) pendant qu’ils re-accordent leurs instruments. Cela leur permet de livrer un set très dense de presque vingt chansons y compris les rappels.
Forts de leurs 13 LP, le set des six d’Athens, Géorgie n’est pas construit uniquement sur le dernier né. S’il oscille principalement entre Lousy with Sylvianbriar et Aureate Gloom, les deux rappels Grolandic Edit et She’s a Rejector sont deux single respectivement de 2007 et 2006.

Ils n’auront malheureusement pas jouer la chanson de notre première rencontre, mais ce n’est que partie remise. Contente de ma soirée, je repars avec le vinyle de leur dernier opus sous le bras !

Of Montreal | Café de la Danse, Paris

——

Crédit photos : ©2015 Julien Duclos. Toutes les photos de la soirée sont disponibles ici.
 

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet