Chantal-Acda-The-Sparkle-In-Our-Flaws

Un titre, il aura suffit d’un seul titre pour me faire succomber à la musique de Chantal Acda. Ce titre, ce fut le bouleversant Arms Up High, extrait du très beau premier album solo de la jeune femme paru en 2013, Let Your Hands Be My Guide.

Je ne saurais dire combien de fois j’ai écouté ce morceau, ni trouver les mots pour décrire l’émotion ressentie à son écoute. Mais une chose est certaine, j’ai depuis lors gardé un œil très attentif sur l’œuvre de son auteur née aux Pays-Bas et encore si peu connue en France alors qu’elle vit tout près, en Belgique.

Auteur-compositeur-interprète, Chantal Acda affiche un parcours musical bien rempli. Un parcours entamé en 2006 sous le patronyme Sleepingdog et qui verra naître trois albums. Un parcours qui lui fera croiser la route de nombreux musiciens au sein notamment des projets Isbells, True ByPass ou encore Marble Sounds. Un parcours qui enfin attirera l’oreille aiguisée de deux artistes de talent, l’Allemand Nils Frahm et l’Américain Peter Broderick. Sous le charme, ces derniers décideront d’ailleurs d’accompagner la jeune femme dans son aventure solo en 2013. Pour un premier essai de haute volée aujourd’hui transformé de la plus belle des façons avec son successeur, le superbe The Sparkle In Our Flaws paru fin septembre.

Ecrit pendant la tournée accompagnant la sortie de son premier disque, puis enregistré dans le studio de Peter Broderick à Pacific City, dans l’Oregon, ce nouvel album réunit encore une fois une bien jolie équipe. Le multi-instrumentaliste Peter Broderick bien sûr, ainsi que Shahzad Ismaily (collaborateur régulier, entre autres, de Lou Reed, Tom Waits et Bonnie Prince Billy pour ne citer que quelques noms), déjà présents lors de l’aventure précédente. Mais aussi la formidable Heather Woods Broderick ou le musicien et producteur islandais Valgeir Sigurdsson. De quoi faire rêver tout amateur de bonne musique. Et donner un résultat qui dépassera les attentes, pourtant hautes, portées à son égard !

A mi-chemin entre la folk et le classique minimaliste, colorée de subtiles teintes pop et expérimentales, la musique de Chantal emporte l’auditeur dans un doux voyage qui note après note touche un peu plus le cœur de celui qui s’y abandonne. Aériennes et délicates, les mélodies évoquent une rencontre improbable entre Joni Mitchell et Philip Glass. Mêlant à merveille sonorités acoustiques et habiles touches électroniques, l’instrumentation y est principalement construite autour de la guitare, du violon et des boîtes à rythmes, tout en laissant la place ici pour un banjo, là pour une trompette ou encore un clavier. Epurés, les arrangements se font discrets pour servir au mieux le principal vecteur de l’émotion extrême qui enveloppe l’album, la voix de Chantal Acda. Une voix éthérée et envoûtante, fragile et forte à la fois. Une voix bouleversante qui porte des textes poignants où il est question de voyages, de racines, de relations humaines, de respirations et de partage.

The Sparkle In Our Flaws (L’étincelle dans nos imperfections en français) est un album intimiste, profondément émouvant, réconfortant et addictif. Un album qui transforme la simplicité et la vulnérabilité qui l’habitent en une force incroyable et au final irrésistible. Comme sur le superbe Still We Guess qui s’envole à mesure que son interprète se libère de ses démons intérieurs (« Everything got lost in our heads (…) Still we guess, how we should think, how we should feel / Still we guess, how we should love, how we should share / Still we guess, how we should breathe, how we should be »). Un album cocon qui sous sa douce et fragile mélancolie, nous révèle toute la beauté cachée derrière les inévitables fêlures du quotidien. Une bien jolie leçon de vie. Un moment de musique délicieusement exquis.

—–

Un titre : Still We Guess
Le site : www.chantalacda.com
Pour écouter l’album : sur deezer par exemple

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet