Austinn @ Point FMR

Chez à l’écoute, on a beau se faire les chantres des musiques douces et des harmonies audacieuses, parfois on aime bien se délecter de chansons à trois au quatre accords et aux rythmiques frénétiques. C’était le cas pour cette soirée enlevée où les différents protagonistes se disputaient la palme de la jeunesse et des mélodies vite troussées. Et après un premier album particulièrement grisant (Young Chasers), les Circa Waves devaient confirmer qu’ils étaient la valeur montante d’une pop mélodique et électrisante.

Austinn

Ce sont les blousons noirs d’Austinn qui étaient chargés de faire patienter la masse juvénile groupée devant la scène. Comme leur nom ne l’indique pas, les Austinn viennent du Luxembourg. Nous, les vieux d’à l’écoute, pouvons nous targuer d’avoir connu à leurs débuts un autre trio venu des mêmes contrées, qui avait su conquérir le monde en deux albums à peine. Chez Austinn, on est loin des faux airs androgynes de Brian Molko et des mélodies poisseuses que Placebo savait distiller. On est plutôt dans un rock primaire avec voix forcée, ligne de guitare haut perchée, basse rondelette et frappes sèches à la batterie pour se fondre dans le paysage (Galaxy). Et il faut avouer que pour un tout jeune groupe (formé au début de cette année) qui n’a pas le moindre album à son actif, les Austinn font preuve d’une certaine aisance sur scène.

Austinn @ Point FMR

Parfois presque un peu trop au point que le leader Jimmy Braun se plante dans ses accords et bafouille ses paroles en rigolant. Le public du Point Ephémère ne lui en tient pas du tout rigueur et sautille gentiment sur fond d’histoires de bluettes adolescentes (Answer Your Phone aux accents très pop avec les appuis sur les contretemps). On reste cependant un peu sur notre faim devant les thèmes musicaux répétitifs et la redondance des paroles. On attendra donc qu’Austinn travaille un peu plus avant de les voir prendre la relève de Placebo.

Circa Waves

Quand les Circa Waves montent sur scène, c’est une grande clameur qui les attend. Leur premier album est sorti il y a à peine 6 mois et les salles qui les accueillent sont régulièrement pleines. Et pour cause : leurs mélodies taillées au cordeau sont d’une limpidité exemplaire. Ils donneront le ton dès le début avec les accords énergiques et les cymbales giflées de Young Chasers, et le public ne met pas longtemps à reprendre en chœur le refrain clamé par Keiran Shuddall. Les arpèges de guitare accélérés au fur et à mesure de l’intro de Good For Me achèvent de faire décoller l’ambiance festive qui animera ce concert tout du long et ne redescendra qu’une fois les lumières rallumées. Sur So Long, Sian Plummer se déchaîne totalement en martelant sa caisse claire. On se demande comment les cymbales ont fait pour être toujours vivantes à la fin du concert.

Circa Waves @ Point FMR

Fossils fait encore monter la température d’un cran dans un Point Ephémère déjà bien réchauffé. En alternant notes répétées et ruptures mélodiques, Sam Rourke fait des merveilles à la basse (My Love) au point d’en faire tomber le t-shirt quelques instants plus tard. Les Liverpudliens sont visiblement heureux de partager ce moment avec leurs fans français et tentent quelques mots dans la langue de Molière. Non dénués d’humour, ils proposent de ralentir quelque peu le rythme frénétique de la soirée avec leur titre… Talking Out Loud, qui prend effectivement presque des airs de ballade comparé aux autres chansons interprétées jusqu’ici. Shuddall et Joe Falconer se livrent à des joutes de Fender échangeant à tour de rôle la partie de lead guitar.

Circa Waves @ Point FMR

L’incandescence reprend de plus belle avec Best Years qui fait immanquablement penser à la classe éblouissante des premiers temps des Strokes. Le set se conclura sur Stuck In My Teeth avec ses syncopes imparables et ses faux airs de B-side de Phoenix, et Get Away avec là encore un public bouillonnant reprenant le refrain pour le plus grand plaisir du chanteur. Le groupe ne mettra pas longtemps à revenir pour le rappel avec 101 et T-Shirt Weather, parfait résumé de l’ambiance qui régnait au Point Ephémère ce soir. La prestation des Circa Waves aura finalement été courte, concentrée en une bonne heure. On espère qu’ils reviendront vite avec de nouveaux chansons sous le bras et confirmeront tous les espoirs placés en eux. Loin du style de leurs glorieux aînés, les Circa Waves ont quand même une immense opportunité de replacer Liverpool sur la carte de l’indie rock d’aujourd’hui.

Setlist :

Young Chasers / Good For Me / So Long / Fossils / My Love / Talking Out Loud / Best Years / Stuck in My Teeth / Get Away / Rappels : 101 + T-Shirt Weather

circa-waves-3

——

Crédit photos : ©2015 B. Barnéoud.

 

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet