Villagers - Where Have You Been All My Life?

Si vous êtes un fidèle lecteur d’à l’écoute, il ne vous aura pas échappé que nous aimons beaucoup Conor O’Brien et son groupe Villagers. Nous aimons tout chez l’Irlandais : sa musique bien sûr, mais également son humilité et sa gentillesse en interview, sa présence et son intensité sur scène, sa générosité et sa belle gueule aussi… tout quoi. De là à cautionner la sortie d’un « best-of » après (seulement) trois albums ? Eh bien oui !

Alors évidemment, ce Where Have You Been All My Life? n’est pas exactement un best-of, même s’il y ressemble beaucoup… En effet, cet album est le résultat d’un projet un peu fou : réinterpréter et enregistrer douze titres du groupe en live en une seule journée au studio RAK, avec l’aide de Richard Woodcraft (Radiohead, The Last Shadow Puppets) et de Ber Quinn, l’ingénieur du son live du groupe.

Le résultat ? Quelque chose de très proche de ce que nous avions pu découvrir en mai 2014 sur la scène du Café de la Danse, à savoir des morceaux dépouillés qui font place à l’ADN même du groupe, à savoir les mélodies.

Il en résulte une intimité et une sensualité que l’on avait déjà pu apprécier sur Darling Arithmetic, dernier album en date d’O’Brien. Si tous les titres passés au tamis du minimalisme ne subissent pas une profonde révolution (My LighthouseDarling Arithmetic), d’autres retrouvent une seconde jeunesse qui les rendent encore plus désirables (The Soul SereneSo Naïve et surtout l’incroyable The Waves). Et puis il y a également cette jolie cover de Wichita Lineman, morceau enregistré en 1968 par Glenn Campbell, et sur lequel on apprécie le très beau jeu entre la voix de Conor et le son de la trompette…

Mais s’il est un morceau qui justifie à lui seul l’écoute (et l’achat) de Where Have You Been All My Life?, c’est bien cet enivrant Memoir Le titre était déjà magnifique lorsqu’il était interprété par Charlotte Gainsbourg (O’Brien lui avait offert ce morceau à l’occasion du Disquaire Day 2011), il prend une tout autre dimension dans cette version pseudo-acoustique, chanté par l’Irlandais lui-même : tout simplement magnifique ! Et quelle joie de le trouver « posé sur bande » alors que jusqu’à présent il n’était possible de l’entendre interprété par O’Brien qu’en live…

Alors, si l’on peut se poser la question du caractère dispensable (ou non) de ce nouvel album de Villagers, je suis convaincu que pour tout fan du groupe l’écoute s’impose, ne serait-ce que pour y entendre les nouvelles versions de The Waves et de Memoir. Mon seul regret ? L’absence de Becoming A Jackal, mais c’est vraiment pour chipoter…

—–

Un titre : Memoir
La page facebook : www.wearevillagers.com
Pour écouter l’album : sur deezer par exemple

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet