Roommate - The Eastern Sea - Kendrick Lamar

On poursuit notre bilan 2015 avec Elise et Grégoire, ainsi qu’avec votre serviteur. Nous vous proposons de (re)découvrir les albums de Kendrick Lamar, Roommate et The Eastern Sea.

BeB : Roommate – Make Like & The Eastern Sea – The Witness

Cette année a marqué le retour de deux de mes groupes préférés, deux « perles cachées américaines » déjà à l’origine de quelques très beaux albums… mais qui probablement ne fouleront jamais le sol français. Roommate et The Eastern Sea résument à eux seuls la magie d’Internet : vous pouvez suivre la carrière de musiciens depuis leurs toutes premières démos jusqu’à leurs prestations live dans des salles à l’autre bout du monde, tout en sachant que vous ne pourrez très certainement jamais les applaudir en chair et en os  (à part en traversant les océans bien sûr…).

Mais revenons-en à nos perles venues d’outre-atlantique… Roommate et The Eastern Sean, en plus d’être tous deux Américains donc, partagent également l’art de ciseler une pop complexe, raffinée, pleine de revirements et de chahuts musicaux. Kent Lambert, tête pensante de Roommate, et Matt Hines, instigateur de The Eastern Sea, semblent avoir l’un et l’autre en horreur la facilité. Les mélodies ne sont jamais tout à fait ce qu’elles ont l’air d’être, les structures se contentent rarement du sacro-saint triptyque couplet/refrain/pont, les arrangements flirtent parfois avec l’expérimentation… même si l’on reste toujours en présence de chansons résolument pop. En cela, Make Like et The Witness sont chacun un véritable tour de force : à la fois complexe et accessible, ambitieux mais jamais bling bling, des albums à l’héroïsme modeste à l’image de leurs créateurs.

Hors des modes, Roommate et The Eastern Sea ont perdu la bataille de la notoriété avant même de l’avoir entamée, trop épris de liberté, trop loin des canons de la bande FM et des plateformes de streaming. Triste me direz-vous ? Rassurant plutôt ! Car tant qu’existeront des Roommate et des The Eastern Sea, nous aurons l’assurance de pouvoir écouter sur nos platines autre chose que les sempiternelles relectures des décennies précédentes que nous offrent l’essentiel des productions indie actuelles…

Le top 5 de BeB

  • Roommate – Make Like
  • The Eastern Sea – The Witness
  • Son Little – Son Little
  • Grasscut – Everyone Was A Bird
  • H-Burns – Night Moves

(mais aussi Villagers – Darling Arithmetic, Patrick Watson – Love Songs For Robots,  Sufjan Stevens – Carrie & Lowell, The Apartments – No Song, No Spell, No Madrigal… raaaaaaaaaaaaaaah c’est trop dur de choisir…)

 

Elise & Grégoire : Kendrick Lamar – To Pimp a Butterfly

Kendrick Lamar, petit prodige du rap américain depuis quelques années, nous a prouvé une fois encore son talent. To Pimp a Buttefly, qui s’est entre autres vendu à plus d’un million d’exemplaires et l’a de nombreuses fois distingué des autres artistes est un concentré de génie. Seize chansons dynamiques, engagées et parfaitement rythmées, une demie douzaine de collaborations… Kendrick Lamar ne fait pas dans le rap agressif ou dépressif, plutôt dans une ré-appropriation des genres, notamment du jazz ou du funk. Clairement, l’écouter ne cesse de nous revigorer !

Le top 5 d’Elise & Grégoire

  • Courtney Barnett – Sometimes I sit and think and sometimes I just sit
  • Made in Heights – Without My enemy What Should I Do
  • Kendrick Lamar – To Pimp a Butterfly
  • Madjo – Invisible World
  • Faada Freddy – Gospel Journey

 

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet