C Duncan - FFS

Nouvelle étape dans le bilan 2015 de la Team à l’écoute, avec les tops & chroniques de Boris et Emilie. On débute par l’excellent premier album de l’Ecossais C Duncan, et on poursuit par d’autres Scottishs Boys qui n’en sont pas eux à leur coup d’essai, puisqu’il s’agit des Franz Ferdinand qui se sont alliée aux Américains de Sparks pour former le super groupe FFS.

Boris : C Duncan – Architect

« Encore un album bidouillé par un post adolescent dans sa chambre ! » vont sûrement soupirer certains. Sauf que quand il ne se renfermait pas dans sa chambre, Christopher Duncan, 25 ans, passait son temps au Royal Conservatoire of Scotland et cette solide formation classique lui donne une maîtrise qui transpire à chaque morceau. Le trait le plus caractéristique de ce premier album est l’usage des chœurs, pour lesquels le rejoignent ses camarades musiciens, le claviériste Finn McCardel et le bassiste Lluis Solervicens. Donnant une impression de bande son pour contes de fées, ces chœurs apportent aux chansons une légèreté, un côté planant.

Les titres Say, Architect et Silence and Air qui ouvrent Architect semblent vous transporter à dos d’oiseau très haut dans les brumes de l’Écosse. For et He Believes in Miracles atterrissent dans les vertes prairies des beaux jours, sifflements et chœurs faisant penser à l’insouciance et au bonheur de jeunes amoureux batifolant dans les herbes folles. Garden, titre le plus singulier de l’album, s’encanaille d’un rythme très krautrock et de guitares psyché. Après le fringant Here to There, le reste de l’album replonge dans les nappes de brume des Highlands et dans les rêves éveillés du jeune barde de Glasgow. Une ambiance cotonneuse salutaire en cette époque trop abrasive.

Le top 5 de Boris

  • Django Django – Born Under Saturn
  • C Duncan – Architect
  • Perez – Saltos
  • Sufjan Stevens – Carrie and Lowell
  • Jeanne Added – Be Sensational

 

Emilie : FFS – FFS

Album/groupe-étincelle produit par la réunion inattendue d’un groupe américain de Glam Rock des années soixante-dix (Sparks) et des Ecossais de Franz Ferdinand, FFS (Franz Ferdinand Sparks, tout simplement) est l’une des plus jolies réussites de l’année 2015. Enregistré en seulement trois semaines, on a l’impression que l’album a été délesté de tout le gras superflu pour laisser place à douze chansons d’une très grande efficacité. Le mélange est simple: prenez la voix profonde l’Alex Kapranos, tirez-la dans les aigus et ajouter-y un peu de claviers de Ron Mael de Sparks et vous tenez FFS, un concentré d’énergie positive, qui donne certaines des plus belles chansons écrites par FF (Johnny Delusional, Call Girl) et des tubes pop des plus dansants (So Desu Ne).

Le top 5 d’Emilie

  • FFS – FFS
  • The Libertines – Anthem for doomed Youth
  • Courtney Barnett – Sometimes I sit and think, and sometimes I just sit
  • Matthew E. White – Fresh Blood
  • Jeff Lynne’s ELO – Alone in the universe

 

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet