Les femmes s'en mêlent #19 - Soirée de clôture | Trabendo

La soirée de clôture d’un festival est toujours un événement et Les Femmes S’en Mêlent ne dérogent pas à la règle ! Cette année organisée au Trabendo, elle garantissait « une nuit explosive et haute en couleur, véritable melting-pot de toutes les tendances de la scène électronique féminine et laboratoire déjanté d’une electro-pop décomplexée » en partenariat avec le collectif féminin indépendant Barbi(e)turix. Bonne nouvelle, nous avons trouvé le pari amplement réussi !

Sous la pluie, nous traversons le parc de la Villette pour rejoindre la salle. Nous arrivons à regrets après le premier concert, Alma Elste, mais on se console bien vite en entendant le « Bonsoir » d’Oklou, résonnant sous des chants d’oiseaux. C’est agréable et cela résume bien sa musique : électronique, accompagnée par une voix aux accents hip-hop, rythmée par des bruits d’un peu partout. Rapidement, la jeune femme se détend, annonce émerger tout juste, bois une gorgée de soda et repart de plus belle dans son monde. On aime l’esprit obsessionnel de ses sons, sa voix douce et claire. Nous sommes d’accord pour dire que ce set n’était probablement pas son meilleur mais l’ayant déjà vu en show case nous connaissons son talent et continuerons à l’écouter régulièrement.

OkLou

Un tour au bar avant de filer à notre deuxième concert, celui de Paupière. On se retrouve devant la scène, les yeux ronds : le chanteur / batteur porte un tee shirt blanc, trop grand, sur lequel est brodé le mot « crash » en relief. Il est accompagné de deux jeunes filles, une brune au centre de la scène qui se tient derrière son micro vêtue d’un pantalon noir ajouré, d’une brassière de sport et d’un débardeur blanc. A droite, la deuxième chanteuse est au synthé, habillée de la même façon et ça lui sied tout aussi bien. La première chanson commence et c’est une révélation. Pour la première fois depuis le début du festival nous entendons chanter en français ! C’est hyper appréciable, d’autant plus que le groupe est québécois.

Paupière

La musique est pop, tendance new wave, rythmée par une batterie composée de tablettes électroniques. Le concert est parfaitement calibré, chorégraphies enchanteresses et changements de costumes nous font passer une très bon moment. Les membres du groupe finissent en nage, avec des vêtements sans dessus dessous. Ils nous apprennent que cette soirée clôture leur tournée européenne, nous sommes ravis d’être leur dernier souvenir du vieux continent et nous espérons bien les recroiser dans les prochains mois. A suivre absolument !

Paupière

Notre dernier groupe, Dream Wife, est composé d’une chanteuse islandaise, d’une bassiste et une guitariste anglaises et exceptionnellement, d’un batteur. Ce qu’on remarque en premier ? Leurs différences de style ! Là où les anglaises se revendiquent punk, l’islandaise est clairement plus folk, un assemblage très surprenant ! Plus surprenant encore, ça fonctionne complètement !! Sur des chansons assez calmes, la voix est douce et la musique garde un bon rythme, et sur des chansons plus énervées les cordes se déchainent et la voix aussi, de façon extraordinaire et insoupçonnable. Mention spéciale pour la reprise de Wannabe qui dégage une énergie folle. Un seul regret, des arrangements sont parfois ajoutés quand ce n’est pas nécessaire, dommage car le groupe se suffit amplement à lui même et impressionne la foule. Encore une fois, à suivre sans hésitation !!

Dream Wife

La semaine ayant été particulièrement dense et forte en émotions nous décidons de nous arrêter là pour ce soir. La fête continuera jusqu’à six heures du matin, mais pour l’heure, nous repartons, toujours sous la pluie, euphoriques et étourdis d’autant de bonnes découvertes et on attend la prochaine édition avec grande hâte !!

Les femmes s'en mêlent #19 - Soirée de clôture | Trabendo

——

Crédit photos : ©2016 Julien Duclos. Toutes les photos de la soirée sont disponibles ici.
 

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet