Saavan by Louis Didaux / Meskaprod

Au Café de la Danse, la dernière semaine d’avril rime avec « déhanchements faciles » et « pop gracile ». Cela fait maintenant cinq ans que, durant cette période, la salle fait, à l’occasion du Clap Your Hands Festival, la part belle à une programmation pop et électro qui tranche avec les choix éditoriaux de l’équipe durant le reste de l’année. Ils profitent également de l’occasion pour nous faire découvrir leurs coups de cœur en la matière et de nouveaux visages. C’était d’ailleurs le fil rouge de cette première soirée qui a vu se succéder deux groupes venus pour inaugurer sur ce plancher leur carrière live. Et ça compte, dans une vie.

Royaume

Quand un groupe monte pour la première fois sur scène et ne se sent pas sûr de ses réflexes ou de la posture physique à adopter, on peut vite s’en agacer. Surtout quand la chanteuse se met accroupie sur scène, comme si elle se recroquevillait pour se protéger. Mais il y a également quelque chose de touchant dans les fêlures que l’on voit chez Royaume, leur désinvolture apparente est surtout un artifice pour masquer leur fébrilité. Ils peuvent être rassurés, car leurs chansons taillées dans le groove du RnB voient loin, bien plus que le tout-venant. Il y a une forme d’évidence dans leur single Blue Asphalt, oscillant entre atmosphère éthérée et solo à la Fender du guitariste Moon Boy, dans un style que Prince n’aurait probablement pas renié.

Royaume

Quant à Come On, qui a tout du tube pour sa rythmique implacable, elle impressionne par sa sensualité. Déjà signés en édition chez Warner Chappell, les Royaume ont désormais une longue route devant eux – à condition de travailler un tout petit peu. Mais ils possèdent déjà un talent brut qui pourrait bientôt faire des ravages, à l’instar du titre Did It, qui a clos leur court set et pour lequel on a perçu dans la voix de Yumi un joli vibrato et une sensibilité à fleur de peau. On a hâte de voir leur prochaine étape.

Saavan

Tout comme Royaume, Saavan est l’un des coups de cœur de l’équipe du Café de la Danse qui les a repérés au fur et à mesure de leurs écoutes sur Soundcloud, YouTube et autres réseaux du même acabit. Loin des terres RnB de leurs prédécesseurs, le truc de Saavan c’est l’électro-pop. Amis du nouveau prodige Petit Biscuit, forts d’avoir été sélectionnés dans diverses compilations électro, le duo français a déjà bien débroussaillé le chemin et effectue ainsi sa première vraie prestation live ce soir. Calés derrière leurs ordinateurs et la mini-console sur une table recouverte d’un drap noir, les deux protagonistes bougent évidemment peu, laissant la musique parler pour eux, soutenus par les images très colorées projetées sur l’écran derrière.

Saavan

Tout comme Royaume, les Saavan sont particulièrement impressionnés de jouer sur l’une des plus belles scènes parisiennes. Ce qui explique sans aucun doute les fausses notes au chant. De la fosse, on voyait d’ailleurs les mains des deux musiciens légèrement trembler, et l’on sait que le trac est compliqué à dompter. Tout cela manque ainsi de liant, et clairement il reste beaucoup de choses avant d’atteindre le niveau de The Avener ou Thylacine. Mais leurs titres sont accrocheurs, comme leur grand single Flown aux rythmes syncopés au clavier et aux voix éthérées, ou leur nouveau titre Escape qui met en valeur une rythmique incisive et des chants d’inspiration tribale. Bien que le public du Café de la Danse fut clairsemé, il a profité de l’espace pour laisser les corps s’exprimer et acclamer le duo au point de les faire revenir pour un rappel imprévu.

Cette soirée aura définitivement prouvé que l’on peut faire confiance au Café de la Danse pour nous dénicher de nouveaux talents dignes d’intérêt.

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet