Bombino – Inar (Niger)

Comme de nombreux jeunes touaregs nigériens, Omara « Bombino » Moctar a vécu le plus clair de sa vie en exil. Devenu guitariste au grand dam de son père, Bombino fait parti de ces bluesmen du désert ayant donné une voix à la cause touareg dans le monde. Après des années de persécution, le peuple touareg peut enfin revenir au Niger en 2010, l’occasion pour Bombino de donner un concert géant pour la paix à la Grande Mosquée d’Agadez. La lutte cependant se poursuit, non par les armes, mais par l’éducation des jeunes enfants touareg. Une lutte pour la reconnaissance d’une identité dont la musique est devenue un symbole international.

Suivre Bombinon : www.bombinomusic.com

Mexrrissey – Estuvo Bien (Suedehead) (Mexique)

Et si l’on faisait une relecture mariachi de Morrissey ? Le projet pourrait paraître loufoque pour qui ignore que le Moz est une véritable légende au Mexique. Rien de surprenant dès lors de découvrir le projet de ce collectif de musiciens originaires de Mexico, rassemblés par le producteur Camilo Lara, et qui reprend sous le nom de Mexrissey différents titres des Smiths et des disques solo de Morrissey. L’album ainsi obtenu s’intitule No Manchester et recèle quelques perles tel ce Estuvo Bien, ou le fabuleux Entre Más Me Ignoras, Más Cerca Estaré (The More You Ignore Me, The Closer I Get), parfait pour une soirée romantique d’été avec votre chéri(e) !
Suivre Mexrissey : www.mexrrissey.com

Acid Arab feat. Sofiane Saidi – La Hafla (France / Algérie)

Prenez un collectif parisien virtuose de la house et amoureux des sons orientaux, ajoutez la voix du chanteur algérien Sofiane Saidi, et vous obtenez un single furieusement dansant, façon Omar Souleyman (que vous avez pu découvrir dans le En Vrac #102). De quoi enflammer les dance floors de Tel Aviv à Paris, en passant par Beirut et Ibiza !

Suivre Acid Arab : www.facebook.com/acidarab

Anakronic / Krakauer – Human Tribe feat. Vincent Peirani (France / USA)

Nouvelle rencontre du Troisième Type entre l’électro des Français Anakronic et la clarinette klezmer du virtuose David Krakauer (le klezmer étant cette musique instrumentale juive de fête venant d’Europe de l’Est). A ce « duo » de feu se greffe l’accordéon vrombissant de Vincent Peirani. Le résultat ? Un titre (et un album) qui réalise le grand écart parfait entre tradition et modernité. De quoi rendre jaloux notre Jean-Claude préféré…

Suivre Anakronic : www.anakronic.com

Sibti – Chota Shaitaan (Pakistan)

« Quand j’étais jeune, je n’ai jamais connu la paix. Et elle m’est toujours étrangère aujourd’hui. J’ai donc voulu écrire une chanson à ce sujet. » C’est par ces mots que Sibti, jeune musicien rock et irrévérencieux originaire de Lahore, introduit ce morceau sur facebook. Son « sex punk », comme il le décrit lui-même, regorge de vitalité et d’électricité. Salvateur dans un pays qui subit depuis des décennies les agressions du terrorisme, qu’il s’agisse d’extrémistes ou d’un terrorisme d’état aujourd’hui encore omniprésent.

Suivre Sibtisoundcloud.com/sibti

JAMBINAI 잠비나이 – They Keep Silence 그들은 말이 없다 (Corée)

A ses débuts, JAMBINAI était orphelin en son propre pays (la Corée), le groupe ne trouvant aucun lieu pour se produire en live. Pour les scènes de musique traditionnelle, le groupe était trop rock et expérimental. Pour les salles rock, leur musique était à la fois trop classique et décalée. Mais petit à petit, le trio s’est imposé à domicile comme à l’international, réussissant le tour de force de rapprocher post-rock et tradition musicale coréenne. Aujourd’hui, les performances du groupe sont courues jusque dans l’hexagone, comme le prouve leur passage aux Transmusicales de Rennes en 2014. Découvrir sur scène cette musique associant sur scène guitares, batterie, haegum, geomungo et autres instruments classiques coréens, est semble-t-il une expérience inédite, tant leur musique ne ressemble à rien d’autres de ce que l’on peut entendre par ailleurs. A découvrir d’urgence donc !

Suivre JAMBINAI : www.facebook.com/jambinaiofficial

Monique Bingham & Black Coffee – Deep In The Bottom (Of Africa) (Afrique du Sud / USA)

Voix majeure de la house et de l’acid jazz ces vingt dernières années, Monique Bingham a choisi de célébrer cette déjà longue carrière avec une anthologie intitulée Best Of The Last : 1995 – 2015. Vingt années qui l’ont conduit de New-York jusqu’à l’Afrique du Sud où elle est devenue une véritable super star. Dans cet inédit présent sur ce best of,  Monique interroge sa relation au continent africain. Sans complaisance, et avec un groove imparable distillé par le DJ Black Coffee, elle affirme son besoin de se reconnecter à ses ancêtres tout en jugeant avec lucidité le fossé qui la sépare du peuple africain. Deep In The Bottom est en cela un titre admirable : parce qu’il s’adresse avec brio à notre cerveau, aussi bien qu’à nos jambes et notre coeur.

Suivre Monique : moniquebingham.com

Naadia наадя – Bien хорошо (Russie)

Cela fait déjà quelques temps que la Russie exporte ses musiciens indie les plus talentueux hors de ses frontières. Et il y a de quoi s’en réjouir : Motorama, Olga Bell, Berry Trail… autant de noms que vous avez pu croiser sur nos différentes playlists et qui ont su nous convaincre que le grand frère russe possède autre chose à offrir que des athlètes dopés et un président mégalomane. A l’origine de plusieurs EP et LP, les Moscovites de Naadia nous gratifient d’une pop lumineuse qui reflètent l’« optimisme apocalyptique » qui règne actuellement en Russie. Cette notion initiée par le groupe lui-même décrit particulièrement bien la situation actuelle de notre monde occidentale, entre crainte de l’avenir et certitude que les choses peuvent (doivent) changer. Reste à savoir de quel côté penchera la balance…

Suivre Nadiaa : soundcloud.com/naadiamusic

The fin. – Night Time (Japon)

Sur le site de The fin., on peut lire ceci : « The fin. is Yuto Uchino, Ryosuke Odagaki, Takayasu Taguchi, Kaoru Nakazawa, We are from Japan. » On reconnait bien là toute la sobriété nippone. Pourtant, le groupe s’affirme comme un groupe international, se sentant peut être à l’étroit sur une île toujours fortement tournée vers elle-même. La musique du quatuor lorgne d’ailleurs très largement vers l’Europe avec ses accents synthé-pop qui rappellent M83 ou Metronomy. Une envie d’ailleurs qui les a amené jusqu’en Angleterre où ils se produisent depuis quelques jours. A quand un passage par la France ?

Suivre Monika : www.thefin.jp

Masayoshi Fujita – Tears of Unicorn (Japon)

Dans un style tout autre, mais avec les mêmes envies d’ailleurs, voici le vibraphoniste et compositeur japonais Masayoshi Fujita. Aujourd’hui installé à Berlin, le jeune artiste crée une musique brillante dans tous les sens du terme. Vibrante, chatoyante, l’oeuvre de Fujita est une rêverie éveillée, une longue promenade en apesanteur qu’il est difficile de ne pas associer aux plus beaux passages des films de Hayao Miyazaki (on pense par exemple au voyage en train de Chihiro ou aux scènes de vol au milieu des nuages de Porco Rosso ou Le vent se lève).  Une douceur bienvenue dans un monde toujours plus troublé.

Suivre Masayoshi : masayoshifujita.com

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet