Lili Ster par Elise&Grégoire

Le centre musical Barbara Fleury Goutte d’Or est un lieu à part. Situé au nord de Paris, à deux pas de Barbès, c’est un puits de culture insoupçonné. Face à la bibliothèque du quartier se trouve depuis 2008 plus de 2000m² consacrés à « l’émergence, l’expérimentation et la découverte ». Avec ses salles de répétitions, son bar, ses concerts à prix très abordables et son kiosque jeune, c’est un centre indispensable pour les musiques actuelles. Vendredi 27 mais était organisée une soirée sous le signe de la femme et de la nature, et nous y étions !

Verdée

Tout a commencé avec Verdée, une artiste sensible qui s’est livrée au public de façon inconditionnelle. La jeune femme est seule sur scène. Ou presque, comme elle l’explique rapidement au public, elle est en permanence accompagnée de son totem de bois flotté, luminaire à l’occasion et le support de son clavier en mimosa. Verdée entame son set avec douceur et laisse progressivement son rythme s’installer. De vertes lumières introduisent le morceau suivant. Les textes sont poétiques,  la voix est douce et ses samples rendent les morceaux aériens. Lorsqu’elle se lève pour hausser le ton, son appel résonne et on ne peut s’empêcher de se sentir dans son monde. Un monde où l’on se sent bien, comme au creux de l’écorce d’un immense arbre.

Lili Ster

Le deuxième groupe s’appelle Lili Ster et commence en fanfare avec une disposition intrigante puisque la claviériste Lili Ster et la batteuse Emilie Rambaud se font face. N’imaginez pas qu’il s’agit d’un affrontement car on est bien loin de tout ça ! La complicité se lit dans les yeux des musiciennes et un fil invisible les relient. Leur musique est énergique, et que ce soit dans les parties instrumentales ou les refrains en choeur, le talent est là. Niveau registre, nous sommes dans la chanson française, légère et tournée vers les relations. Lorsque Lili se lève, se tenant d’une droiture désinvolte face au micro pour nous déclamer une poésie au son de la batterie, nous sommes définitivement accros. Le concert reprend de plus belle et se termine en beauté, tant au niveau des chansons que de la scénographie et des lumières.

Mila Auguste par Elise&Grégoire

Mila Auguste

Vient enfin Mila Auguste, première formation de la soirée à compter une guitare. Nous entrons dans un nouvel univers musical puisque les chansons sont plus arrangées, la mise en scène peaufinée avec des clips projettés pendant les chansons. Mila resplendit dans un ensemble blanc immaculé qu’elle dévoile sous un immense manteau de plumes noires. Le dress code est respecté par les deux musiciens, situés de parts et d’autres de la scène. Mila chante en anglais et en français, avec une musique électronique aux sonorités africaines : bâtons de pluie, grands tambour, etc. et danse avec rythme et légèreté. Les chansons nous emportent. Pas d’autres mots face à l’intensité des sons et de la voix. La rencontre des deux cultures renforce l’impact des chansons… Il n’y a plus qu’à se laisser aller.

Une soirée sous le signe des rencontres heureuses, à renouveler dès que possible. Un conseil pour une prochaine date, le jeudi 9 juin à partir de 20h pour une nuit haute en guitares !

Tags :

VOS COMMENTAIRES
Les commentaires sont fermés pour ce billet