Tous les articles taggés ‘Eldorado Music Festival

Olivier Libaux : Uncovered Queens of The Stone Age

Il est fascinant de voir à quel point des paysages musicaux que l’on croyait pourtant bien connaître peuvent encore fasciner par la magie qu’ils dégagent. L’eldorado peut se trouver dans un folk ténébreux ou se décliner au féminin dans un hard rock glaçant. Toutes les voies sont bonnes à prendre.

Warhaus

On ne saurait trop conseiller à messieurs Turner, Kane, Young et autres Philippakis dont on nous rebat les oreilles de surveiller un peu leurs arrières : ils pourraient bien prendre un sacré coup de pied au cul de la part de la vieille Europe continentale, et plus précisément de la Belgique. Car même si l’on a un peu tendance à regarder le plat pays de haut, il regorge de mélodistes au grand talent.

Lire la suite de l’article »

Un concert doit-il forcément être maîtrisé de bout en bout et ne pas bouger d’une oreille ? Sur la scène du Café de la Danse, Brisa Roché et les fous de Roken Is Dodelijk ont prouvé le contraire, chacun dans leur style.

Brisa Roché

Après avoir goûté aux joies du triolisme au sein de The Lightnin 3, la belle aventure revival soul partagée avec Ndidi Onukwulu et Rosemary Standley (Moriarty), Brisa Roché est actuellement en plein enregistrement de son nouvel album. C’est donc tout naturellement qu’elle est venue présenter son work in progress avec ses complices du moment, et donner ainsi un aperçu de ce que sera son prochain disque.

Lire la suite de l’article »

Pour la dernière date de cette édition, l’Eldorado Music Festival a mis le paquet et annonce une conclusion en feu d’artifice. On entend d’ici les puristes s’exclamer : quid de l’Eldorado, de cette contrée que l’on imagine paisible, avec cette programmation aux antipodes des atmosphères intimistes des soirs précédents ?

Ne soyons pas sectaire, il faut de tout pour faire un monde et tous les fans de rock indé anglais des années 90 (le vrai, quoi) vous le diront : l’Eldorado ressemble à un quadragénaire mal coiffé en marinière grise et qui fait beaucoup de bruit.

Lire la suite de l’article »

La température qui monte crescendo : entre folk psychédélique et blues électrique, le tout servi par le son impeccable du Café de La Danse.

Julien Pras

C’est devant un public clairsemé – dimanche soir oblige – que Julien Pras inaugure l’avant dernière soirée du festival. Seul avec sa guitare, le bordelais alterne les titres de Southern Kind of Slang (paru en 2009) et d’un nouvel album en préparation dont la sortie est annoncée début 2013. Julien Pras nous montre son attrait pour un picking que ne renierait pas Marcel Dadi. On remarquera sa façon acrobatique d’accorder sa guitare tout en continuant à jouer en même temps.

Lire la suite de l’article »

Les soirées se suivent à l’Eldorado Music Festival et ne se ressemblent pas. D’ailleurs celle-ci aurait pu être sous-titrée : « La soirée des mecs décalés ». Ou encore « Le soir des grands écarts ». Ou même « Le folk qui vous transporte ailleurs ».

Car Ramona Cordova tout comme Stranded Horse ont une sérieuse tendance à vous emmener dans des contrées dont vous ne soupçonniez même pas l’existence. Cela pourrait même être la base-line du festival, tiens !

Lire la suite de l’article »

Flip Grater

Ce qui est sympa au Café de la Danse, c’est que comme le lieu est un peu intimiste, certains artistes se sentent à l’aise et en plus de s’exprimer par leur musique, se confient un peu au public entre deux chansons. La néo-zélandaise Flip Grater est de ceux-là. Arrivée à Paris depuis cinq mois, elle semble se plaire dans la capitale. Sa chance est en train de tourner nous explique-t-elle enthousiaste. Après avoir perdu trois guitares et deux téléphones depuis son arrivée sur le sol français, elle a retrouvé le jour même de son passage à l’Eldorado Festival, à dix-sept heures précises, la guitare qu’elle avait perdu douze heures plus tôt et avec laquelle elle a pu nous gratifier ce vendredi de quelques ballades indie-folk apaisantes après une semaine bien chargée.

Lire la suite de l’article »